Division 1 Amateurs Le T1 de Virton a reçu une proposition de contrat pour une septième campagne d’affilée.

Juillet 2011. Après une dernière pige (écourtée) comme joueur au F91 Dudelange (GDL) en 2009-2010, Frank Defays fut contacté par Philippe Emond pour prendre en charge l’équipe fanion de l’Excelsior Virton en 2011-2012. Novice dans le métier, il accepta.

Mars 2016. Sa sixième saison de rang - un bail déjà appréciable - comme T1 entre dans la dernière ligne droite. Appréciée par tous, grand professionnel, l’ancienne icône du Sporting Charleroi qui a fait monter les Verts en D2 - ancienne mouture - réfléchit à la suite à donner à sa carrière et à repartir pour un (septième) tour. "Rudi Pierrard, le nouveau directeur sportif, n’occupe pas une nouvelle fonction. Elle était prise en charge par Philippe jusqu’à son départ à la mi-décembre. Rudi est un homme intelligent, très discret. Il observe. Nos rapports sont cordiaux. Il m’a remis une proposition de contrat qui s’arrête sur le projet sportif. Les termes (du contrat) n’ont pas été évoqués."

Les cartes sont dans les mains du principal intéressé : stop ou encore ? "Je vis une belle aventure humaine depuis six ans ici. Cela laisse des traces, crée des attaches. Ma décision n’est pas prise. La presse ne sera pas la première avertie, rigole-t-il. Elle sera compliquée. Ce n’est pas une question d’envie. Je dois prendre en considération tous les paramètres, ensuite prendre le recul nécessaire pour ne pas me tromper. Il n’y a pas qu’un métier en jeu, le mien, mais le club dans son ensemble, son entourage, est à prendre en considération. Ma décision ne sera pas égoïste."

L’entraîneu r est en pleine réflexion à l’heure où le club est en quête d’un nouvel homme fort. Le diplôme UEFA Pro en poche au terme "de cinq années à consentir des sacrifices ", Frank Defays estime le "football compliqué. Les places sont chères. Il faut tenir compte de la réalité du marché".

Virton, la Belgique ou l’étranger ? "Aujourd’hui (lire le 14 mars), je n’ai aucune offre à l’exception de celle de mon employeur."