Anderlecht Avec ce 3e succès d’affilée, tout le Sporting se met à rêver du titre. Et pour ça, les Bruxellois comptent sur… le Standard.

On joue la 72e au Parc Astrid dimanche après-midi : Teodorczyk, fatigué après un match où il a énormément donné, réclame son changement. Le T2 Belhocine bondit de son siège et demande au Polonais de s’éloigner le plus possible du banc, histoire de grappiller un peu de temps avant d’être remplacé par Ganvoula.

À ce moment de la rencontre, Anderlecht, réduit à dix depuis la… 3e minute sur une faute de Dendoncker après une grossière erreur technique, était très heureux de tenir le point du match nul contre un Antwerp qui avait toujours un mince espoir de se qualifier pour les playoffs 1. Il fallait vraiment être un indécrottable optimiste comme Roger Vanden Stock pour imaginer un succès des Bruxellois. Mais, comme un hommage au président pour ultime rencontre, Ganvoula a marqué et le Sporting a tenu malgré les dix dernières minutes à neuf après l’exclusion de Trebel.

Vanden Stock va maintenant céder son siège présidentiel dans la tribune d’honneur à Coucke pour les playoffs. Et son successeur est lui aussi un éternel optimiste. Pour le dire autrement : les présidents du RSCA ont encore l’espoir de dribbler Bruges dans la course au titre.

Anderlecht débutera les playoffs fin mars avec 6 points de retard sur le Club. En 2014, le Sporting d’Hasi avait réussi à refaire ses 5 points sur le leader de l’époque, le Standard. Et pourtant, les Bruxellois avaient perdu le premier match des playoffs… à Sclessin, concédant donc 8 unités sur les Liégeois.

Quand on rappelle l’histoire aux joueurs, ils ne peuvent contenir un petit sourire. "6 points, ce n’est que deux matches. Tout le monde pourra battre tout le monde pendant ces playoffs. Donc, tout est possible", analyse Appiah.

Vu la manière dont il a fêté ce succès juste après le coup de sifflet final, Vanhaezebrouck y croit également. Et c’est aussi grâce au… Standard. "S’il y avait des équipes comme Saint-Trond, Courtrai ou Mouscron en playoffs 1, le titre n’aurait plus été possible car Bruges aurait pris tous les points contre eux. Mais le Standard est finalement dans le Top 6 , les meilleurs sont donc là. Tout le monde perdra des points pendant ces dix matches. Nous, bien sûr, mais aussi Bruges. Personne n’arrivera à faire un 27/30. Donc, le titre est possible, explique le coach en s’empressant d’ajouter que ce serait un miracle."

Si Anderlecht peut se permettre de rêver, c’est grâce à la mentalité affichée contre l’Antwerp. À dix puis à neuf, les Mauves ont montré les dents. "Le groupe a été très solidaire. Ce n’est pas la première fois mais ça faisait longtemps qu’on avait plus autant d’engagement", se réjouissait Appiah.

Seule ombre au tableau, le Sporting devra faire sans Dendoncker et Trebel en début de playoffs. La possible punition qui attend le médian français est un coup dur pour une équipe qui s’est juste remise à gagner quand son rouquin est revenu dans le onze de base…