Anderlecht

A 28 ans, l'ancien international espagnol veut se refaire la cerise à Saint-Guidon.

C'est à Albox, dans la province d'Almeria en Andalousie, que le petit Diego Angel Capel Trinidad taquine ses premiers ballons. Né le 16 février 1988, le joueur andalou est rapidement recruté par la Masia, le centre de formation du FC Barcelone, toujours à la recherche de petites pépites.

Mais le Blondinet ne parvient pas à s'adapter à la Catalogne. Retour à la case départ, et plus précisément à l'Olula C.F. Un an plus tard, direction le FC Séville et ses catégories d'âge. 

Son pied gauche et sa vitesse font rapidement la différence, à telle enseigne que le 24 octobre 2004, Dieguito réalise son rêve: à tout juste 16 ans, il dispute ses premières minutes en Liga avec l'équipe fanion, à domicile qui plus est, contre l'Atlético de Madrid (victoire 2-1). 

Monté à la 87e minute à la place d'Antonio Lopez, il devient le deuxième plus jeune joueur dans l'histoire du club andalou à disputer un match de championnat derrière l'illustre José Antonio Reyes.

Après plusieurs allers-retours entre les équipes A et B, c'est seulement à partir de la saison 2007-2008 et suite à la tragique disparition d'Antonio Puerta que Diego Capel devient un titulaire indiscutable avec les Rojiblancos

© DR
 

Diego Capel tape également dans l'oeil du sélectionneur espagnol Vicente Del Bosque qui le convoque avec la Roja en amical face au Danemark le 20 août 2008.

Avec ses cheveux longs et sa dégaine de surfeur, il dispute au total 173 matches toutes compétitions confondues entre 2004 et 2011 avec les Sévillans et inscrit la bagatelle de 12 buts. Et son palmarès est éloquent: 2 Coupes UEFA, 1 Supercoupe d'Europe, 2 Copas del Rey et 1 Supercoupe d'Espagne.

Avec le pays, il s'adjuge 2 titres de champion d'Europe avec les U19 et U21. 

Solide.

© reporters

Des adieux déchirants

Durant l'été 2011, Diego Capel quitte l'Andalousie pour le Sporting Portugal contre 3,5 millions d'euros et ce, le coeur gros: "Ce fut un honneur d'avoir fait partie de la meilleure équipe sévillane de l'histoire." 

Dans la salle de presse du stade Ramon Sanchez Pizjuan, l'émotion est palpable et Dieguito ne peut retenir ses larmes à la lecture de sa lettre d'adieu: "Je dois dire au revoir à Séville. Gagner un titre est la meilleure chose qui puisse arriver à un footballeur. Je n'oublierai jamais ce que j'ai vécu avec ce club. Je pars avec beaucoup tristesse, mais avec le sentiment d'avoir tout donné."

© DR
 

C'est donc un contrat de 5 ans qui l'attend à Lisbonne. Et lors de sa première saison avec Os Leões, Diego Capel devient rapidement indispensable. Son principal fait d'armes durant l'exercice 2011-2012, c'est cette frappe supersonique face à l'Athletic Bilbao le 19 avril 2012 en demi-finale aller de l'Europa League (voir vidéo ci-dessous après 1 minute)


Sous la liquette lisboète, Capel enchaîne les saisons. En 2013, Liverpool et Tottenham l'ont dans les tuyaux, mais le Sporting fait la sourde oreille. Fin 2014, lors de la 11ème journée du championnat portugais, il se distingue, bien malgré lui, par cet énorme raté face au Vitoria Setubal.

 

Mais à partir de 2015, son temps de jeu devient famélique. L'Espagnol joue alors les utilités et cherche à tout prix une porte de sortie. Il suscite l'Intérêt de Marseille, de West Ham mais aussi d'Everton, puisqu'un certain... Roberto Martinez voit en lui le digne successeur de Kevin Mirallas, en cas de départ de ce dernier. 

Finalement, Dieguito opte pour l'Italie.

Où il y a Gênes, il n'y a pas forcément du plaisir

© DR

Prix de l'opération, 1,3 millions d'euros et un bail de 2 ans. Mais l'aventure italienne est loin d'être une réussite: 21 matches et pas le moindre but. 

Qui plus est, l'entraîneur Gian Piero Gasperini lui préfère son compatriote Suso. Ivan Juric, qui a entre-temps pris les rênes des Rossoblu cet été, a lui été direct avec Diego Capel, comme l'expliquait dans nos colonnes Gabriele Lepri, journaliste italien ce jeudi"Quand Juric, le nouveau coach, est arrivé cet été, il lui a directement fait comprendre qu’il ne comptait pas sur lui, car il avait été trop irrégulier et n’avait pas vraiment saisi sa chance. Niveau mentalité, il n’a rien à se reprocher mais l’équipe s’est mise à tourner sans lui et voilà…"

Un départ semble alors inéluctable. 

Sur Instagram, Diego Capel a tenu à dire au revoir au club transalpin, envers lequel il ne nourrit aucune rancune: "Il est temps pour moi de vous dire au revoir. Tout d'abord, je voudrais remercier cette belle ville pour son accueil. Je m'y suis senti comme chez moi. Je tiens à remercier le club ainsi que tout le staff. Je suis très reconnaissant d'avoir fait partie de ce vestiaire. Avec tous les joueurs, nous avons travaillé dur pour défendre ce maillot. Merci surtout à tous les supporters pour tout l'amour et le soutien ! Même de loin, je serai toujours rouge et bleu et j'aurai toujours Gênes dans le cœur. "