Anderlecht

Cet été, Anderlecht aura enfin les moyens de faire une belle offre au Serbe…

ANDERLECHT Dans la foulée du transfert de Boussoufa, Herman Van Holsbeeck avait annoncé haut et fort son intention de “frapper fort” sur le marché des transferts. Et si ce coup fumant promis était le transfert de... Milan Jovanovic ?

L’intérêt des Mauves pour l’attaquant serbe ne date pas d’hier. Lorsqu’il évoluait au Standard, les dirigeants mauves appréciaient déjà Jova et ils ont continué à le garder à l’œil depuis son départ à Liverpool.

Jusqu’alors, un transfert était tout simplement impensable : Anderlecht avait trop peu de moyens à disposition. Mais les caisses mauves viennent d’être renflouées par la vente de Boussoufa et elles vont déborder si les départs de Biglia et de Lukaku se confirment.

Le Sporting, qui rêve toujours de Jova , aura donc bien plus d’arguments cet été pour convaincre Liverpool mais surtout – et c’est bien cela le plus compliqué – pour offrir au joueur un salaire suffisant pour le convaincre de revenir en Belgique.

Actuellement, le Serbe empoche 3,5 millions d’euros par an à Liverpool. Et on sait qu’Anderlecht avait proposé à Boussoufa un salaire annuel de 2,2 millions d’euros par an. Si l’on y ajoute les primes, la différence n’est plus si énor- me.

Un autre argument important du Sporting, c’est évidemment le temps de jeu : au Sporting, Jova redeviendrait une pièce maîtresse de son équipe, ainsi que l’un des joueurs les plus en vue du championnat. Ça lui changerait de sa situation actuelle : le Serpent est sur une voie de garage à Anfield. L’arrivée de Kenny Dalglish à la tête des Reds en janvier, suivie par celle de Luis Suarez, a nettement empiré sa situation : Jova n’a joué que deux matches (109 minutes) en trois mois avec Liverpool.

Inquiet par le statut du joueur, le sélectionneur serbe a publiquement plai- dé sa cause : “Jovanovic mérite plus de temps de jeu. Un aussi bon joueur n’a pas pu oublier comment jouer au football !”

C’est le joueur lui-même qui a la clé de son avenir en main. Actuellement, Jovanovic ne veut fermer aucune porte. La Fiorentina et des clubs allemands sont aussi sur le coup. Voilà pourquoi une belle proposition financière d’Anderlecht ne suffira pas. Pour faire venir un joueur de cette trempe, Anderlecht aura besoin d’autres atouts. Comme une place en Ligue des Champions. Ou au moins d’un statut protégé durant les tours préliminaires. Mais pour ça, il faudra être champion cette saison...



© La Dernière Heure 2011