Anderlecht

Les deux anciens rouches Jovanovic et Mbokani ont trouvé le chemin des filets. Guillaume Gillet et Matias Suarez ont eux aussi inscrit leur petite rose de la soirée avant que Wasyl n'inscrive un but symbolique sur pénalty

ANDERLECHT Quelle correction ! Le score n'était certes que de 1-0 à la 68e minute mais Anderlecht a bien dominé l'ensemble de la rencontre et aurait, déjà, du mener 2-0 à la mi-temps si le juge de touche n'avait pas oublié d'accorder un but à Mbokani sur un ballon dégagé par Ciman derrière sa ligne de but.

Dès la 15e minute, Jovanovic avait ouvert le score, de près, en crucifiant Bolat d'une tête puissante et facile après un superbe travail de Suarez sur le flanc gauche. Un petit pont lui avait permis d'effacer Opare avant de déposer un caviar sur la tête de son partenaire serbe. Le match perdait alors en intensité et les deux équipes bafouillaient leur football, surtout le Standard. A la mi-temps, c'était toujours 1-0 et les Liégeois le devaient surtout à la maladresse mauve dans la dernière passe et au juge de touche.

A la reprise, Buyens remplaçait Berrier pour tenter de stabiliser l'entrejeu rouche mais il n'en fut rien. A la 69e, Gillet doublait la mise sur un corner de Biglia qui sortira en fin de match, légèrement touché au pied. C'est le seul point noir de la soirée pour les hommes de Jacobs. Dans la foulée du deuxième but, Mbokani profitait du mauvais alignement de Felipe qui le couvrait du hors-jeu pour aller tromper Bolat d'un superbe ballon piqué.

Les Mauves se lâchaient alors et prenaient un malin plaisir à surclasser un Standard tout simplement pas à la hauteur de l'événement. Une nouvelle passe en profondeur trompait l'arrière-garde rouche et surtout Ciman, cette fois, qui était battu au sprint par Suarez. L'Argentin s'offrait à son tour un duel avec Bolat et le dribblait facilement pour marquer dans le but vide. Dans la foulée, Ciman, encore lui, mettait deux Anderlechtois au sol dans son rectangle et M. Gumienny accordait un penalty que Wasyl voulut absolument botter. En force, plein centre. 5-0 : net et sans bavure.

L'arrière droit polonais fêtait cela torse-nu avec ses supporters et récoltait la dernière carte jaune d'une longue série. Les dix dernières minutes furent marquées par la maitrise technique des mauves qui, il faut le souligner, ont eu la décence de ne pas en rajouter, malgré les "olé" du public. Notons d'ailleurs que Jovanovic n'avait pas fêté son but, contrairement à Mbokani. José Riga a donc vécu un premier clasico bien difficile, en se permettant le luxe de garder Nacho Gonzalez et Buzaglo sur le banc. De leur côté, Cyriac et Mujangi Bia, montés au jeu un peu tard, n'ont pas eu l'occasion de sauver les leurs du naufrage.

On retiendra donc de ce clasico la claque prise par le Standard et la maitrise d'Anderlecht dans la dernière demi-heure. Avant cela, le match avait été relativement pauvre et décevant.

© La Dernière Heure 2011