Anderlecht

Anderlecht a battu Bruges et Genk pour s’offrir le prometteur back gauche du KaVé.

Et de trois ! Après le milieu défensif ukrainien Yevhen Makarenko et l’ailier albanais Kristal Abazaj, le Sporting version Coucke/Devroe a engagé son premier Belge en vue de la saison prochaine : Elias Cobbaut a signé un contrat de cinq ans. Malines recevra entre 3 et 3,5 millions (selon les bonus) pour son jeune défenseur. Après les 8,25 millions de l’Ajax pour Hassane Bandé, c’est le transfert le plus lucratif de l’histoire du KaVé.

Si son nom n’est pas encore très connu après une seule vraie saison comme titulaire à Malines, Cobbaut n’arrive pas juste pour faire nombre sur la feuille de match et permettre à Anderlecht de respecter la réglementation de joueurs nationaux. Non, Cobbaut était l’un des joueurs les plus dragués sur le marché et son arrivée est une première belle réussite pour le directeur sportif, Luc Devroe.

La bataille a été rude entre Anderlecht, le Club Brugeois et Genk mais le joueur préférait le RSCA. "Qu’un talent comme Cobbaut nous choisisse en dit long sur nos ambitions", s’est félicité Devroe. "Hein Vanhaezebrouck et moi étions charmés depuis longtemps par son talent. Comme Makarenko et Abazaj, Cobbaut est une vraie plus-value pour nous."

Jeune, Belge, polyvalent et doté d’un certain potentiel, Cobbaut avait de quoi séduire, même s’il arrive de l’équipe qui a fini bonne dernière en Pro League. Formé comme défenseur central, il s’est révélé comme arrière gauche où il est capable de pistonner sur tout le flanc, comme le système Vanhaezebrouck l’exige. Il est évidemment toujours capable de jouer dans l’axe.

Une polyvalence qui pourrait être une mauvaise nouvelle pour Olivier Deschacht, en fin de contrat cet été mais qui ne serait pas opposé à une prolongation d’un an. À moins que l’état d’Ivan Obradovic, touché aux abdominaux mais qui mord sur sa chique pour terminer la saison et aller à la Coupe du Monde, ne l’oblige à passer sur le billard pendant l’été.

Le noyau 2018-2019 prend en tout cas doucement forme à Anderlecht alors que le mois de mai n’est pas encore là. Ce n’est pas le fruit du hasard. Coucke et Devroe veulent avoir composé "80 % du noyau pour la mi-juin", a tweeté le compte officiel du RSCA mercredi. "Avec un bon mélange de jeunes talents et d’expérience, d’éléments belges et internationaux, de joueurs déjà au club et de nouveaux arrivants."

Une volonté de trancher avec le style d’Herman Van Holsbeeck qui avait pris l’habitude d’attendre les bonnes occasions de fin de mercato. Une anticipation qui prouve également que la fièvre acheteuse du RSCA est loin d’être terminée. Avec toutes les nouvelles têtes attendues, il faudra du temps pour faire prendre la mayonnaise alors qu’il y aura peut-être des tours préliminaires à jouer en Coupe d’Europe. Raison pour laquelle la direction va tenter de former le groupe de Vanhaezebrouck en grande partie pour la reprise des entraînements à la mi-juin.


Mats Rits, son ex-équipier au FC Malines: “Un profil à la Meunier”

“Elias était prêt à passer dans un grand club belge. Même s’il a été formé comme défenseur central, il a explosé comme back gauche. C’est un back moderne qui ose se projeter vers l’avant. Il a un bon gabarit très utile sur les phases arrêtées, il n’est jamais fatigué et il a une très bonne passe. Son profil peut faire penser à celui de Thomas Meunier. Même s’il est déjà très fort, il peut encore progresser au niveau physique. Elias a aussi une excellente mentalité, c’est un battant.”