Anderlecht

Olivier Deschacht a tenu à venir devant les médias. Pour s’expliquer et s’excuser, un peu. Mais surtout pour rétablir SA vérité et donner SA version du penalty qu’il provoque et de son exclusion.

Olivier, étiez-vous surpris quand M. Visser a donné penalty pour Charleroi ?

"Je suis certain à 100 % qu’il n’y a pas penalty. Le contact est très léger. Sportif, même. C’était d’ailleurs de l’épaule. Puis, la jaune je ne comprends vraiment pas. Tu ne dois absolument pas la donner. C’est une double sanction pour rien, un simple duel de l’épaule !"

Vous avez reçu des avis extérieurs au sujet de la phase ?

"J’ai reçu beaucoup de messages qui me disaient qu’il n’y avait pas penalty."

Et la jaune qui mène à votre exclusion ?

"Je la comprends très bien, pas de souci. Quand tu as une jaune tu en gardes sous la pédale, tu hésites un peu. Et c’est à cause de cela que je prends la seconde carte. Si je suis à fond et que je vais dans le duel, il n’y a pas faute."

Quelle part de responsabilité à M. Visser dans votre défaite ?

"L’arbitre a changé le cours du match. Nous étions bien en place. C’est donc, à mon avis, aussi un peu de sa faute."

C’est peut-être surtout de votre faute…

"Absolument. Les trois points sont pour ma pomme. Je m’excuse auprès de mes équipiers mais également auprès du public qui est venu malgré le froid. Je les ai laissés tomber. Nous n’avons pas pu jouer notre jeu car nous étions à dix. Je me suis excusé auprès de mes équipiers à la pause. Ils ont tout essayé mais sans succès."

Avez-vous vu l’exclusion de Teodorczyk ?

"De loin. Je pense qu’il simule un peu mais je ne vois pas tout."