Anderlecht Le climat autour du transfert de Praet devient de plus en plus tendu. Qu’en est-il vraiment ?

Le feuilleton du transfert de Dennis Praet n’en finit plus. Mercredi à l’aéroport de Rostov, avant de rentrer à Bruxelles, c’est Roger Vanden Stock qui a relancé l’intrigue par une déclaration qui n’a pas fait plaisir au joueur et à son entourage : "J’ai quand même des doutes sur le fait qu’il soit réellement blessé".

Mais où en est-on vraiment ?

Est-il vraiment blessé ?

Oui mais il est de nouveau apte à reprendre l’entraînement avec le groupe. Après sa blessure cet été, il aurait dû s’entraîner individuellement pendant deux ou trois semaines mais le staff avait décidé de l’emmener en stage seulement sept jours après son retour sur les terrains. Il a fait les deux premières séances collectives à fond avant de ressentir une douleur le troisième jour. Il est maintenant prêt après avoir soigné son inflammation à l’aine.

Est-il dans le noyau B ?

Non mais il s’est entraîné à l’écart du groupe ces derniers jours. C’est Nicolas Frutos qui s’occupait de lui, comme pour Stefano Okaka par exemple. Sauf grosse surprise, il devrait reprendre avec le noyau A.

Y a-t-il encore de l’intérêt pour lui ?

Oui, le Celta Vigo est le plus chaud. Selon l’entourage du joueur, le FC Séville est également toujours dans la course. Les deux clubs espagnols sont cependant rebutés par le prix demandé : dix millions. Ils sont prêts à aller jusqu’à six voire sept millions pour racheter sa dernière année de contrat.

Pourrait-il rejouer au RSCA cette saison ?

Oui mais il y a peu de chances que cela arrive. La direction anderlechtoise se montre intransigeante mais le bras de fer risque de tourner en faveur du joueur quand la fin du mercato approchera. Le Sporting a tâté le terrain pour tenter de prolonger le bail de Praet d’une année, histoire d’éviter un départ gratuit en juin 2017 mais a vite compris que ça ne marcherait pas. Pour éviter ça, le RSCA devra petit à petit baisser son prix afin de quand même rentabiliser un joueur dans lequel il a beaucoup investi. Dans le cas le plus extrême (pas de transfert avant la fin du marché estival), Praet acceptera de rejouer. Restera alors à voir si Anderlecht voudra mettre en vitrine un joueur qui vaudra zéro centime quelques mois plus tard.