Anderlecht Très timide, l’attaquant congolais peut terminer la saison à Westerlo avant de rejoindre Anderlecht.

La plus grosse surprise du dernier jour de mercato à Anderlecht a été la signature de Silvère Ganvoula, l’attaquant congolais de Westerlo. Ganvoula (20 ans) ne rejoindra le Sporting qu’au mois de juin.

Après avoir finalisé l’échange Roef - Ruben, Herman Van Holsbeeck avait déclaré que le mercato était terminé, "sauf en cas d’opportunité". Dans le championnat belge, quelques joueurs avaient tapé à l’œil des scouts mauves.

Henry Onyekuru (Eupen) en était un, Silvère Ganvoula un autre. Pour Eupen, le transfert d’Onyekuru n’était pas négociable. Et donc, le Sporting a creusé la piste Ganvoula.

Vu que les moyens financiers de Westerlo sont très réduits (son sponsor principal, Soudal, ne veut pas reprendre le club), son meilleur joueur n’était pas très cher. Seulement, Westerlo voulait que Ganvoula termine la saison au Kuipje afin de garantir le maintien. Anderlecht accepte donc de payer son salaire dès le mois de février et de le mettre gratuitement à disposition de Westerlo.

Mais qui donc est ce nouvel attaquant du Sporting ? Originaire du Congo-Brazzaville (il a déjà marqué deux buts en cinq matches pour son pays), Ganvoula est parti au Maroc à 18 ans (Raja Casablanca) et ensuite en Turquie (Elazigspor, 5 buts en 18 matches).

À cause de problèmes de paiement, il a rejoint Westerlo en avril 2016, mais n’était qualifié que pour le match contre le Standard (2-2), fin juillet. Il a aussitôt inscrit un but. Entre-temps, il en totalise sept, dont un contre Anderlecht la semaine passée.

Vu son physique (1,91m et une carrure impressionnante), Ganvoula donne l’impression d’avoir plus que 20 ans. Mais en fait, il est très timide et parle peu. Il est utile en tant que pivot, est solide dans les duels, mais est également rapide et cherche donc aussi la profondeur. Sa technique est bonne, il sait marquer un but, utilise les deux pieds et a un bon jeu de tête.

Par contre, il doit encore travailler son jeu de position. Il n’a pas eu de formation correcte et cela se voit dans les matches. Malgré sa timidité, il avait pété un plomb après sa carte rouge très légère à Bruges (jeu dangereux sur Butelle). Bref : Ganvoula est un diamant brut avec lequel il faudra encore beaucoup travailler.