Anderlecht Sofiane Hanni a voulu s’exprimer au sujet de la démission de René Weiler. Un coach que le vestiaire appréciait.

Sofiane Hanni nous appelle. "Romain, je veux bien discuter avec toi mais alors on fait ça de manière officielle." L’Algérien n’a jamais été et ne sera jamais un joueur qui crache dans le dos de ses équipiers ou qui balance des informations.

Il a pris son téléphone, a demandé au club s’il pouvait s’exprimer dans La DH. La grande classe. "Je suis comme ça", sourit-il avec l’humilité qui lui colle à la peau. "Le capitaine doit prendre cette responsabilité."

C’est ce caractère bien affirmé mais toujours droit qui a plu à René Weiler. Sofiane Hanni ne s’en cache pas : il a adoré les 15 mois passés aux côtés du coach suisse.

La journée de lundi a dû être lourde…

"On était surpris de l’annonce. C’était un choc pour la plupart. Il est arrivé lundi matin à la réunion pré-entraînement et nous a dit que l’aventure était terminée. Il nous a remerciés pour le travail."

En tant que joueur on se sent toujours un peu coupable !

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.