Anderlecht Hein Vanhaezebrouck s’attend à un match aussi compliqué que musclé, ce dimanche, contre l’Antwerp.

Après son déplacement au Club Bruges, Anderlecht se lance dans trois matches compliqués. D’abord, face à l’Antwerp avant d’affronter Genk et le Standard. Une mise au point était nécessaire après la défaite au Jan Breydelstadion. Hein Vanhaezebrouk l’avait laissé entendre en critiquant ses cadres après un match difficile. "Nous avons dû discuter après Bruges. Le message que j’ai fait passer ? Désolé, mais c’est en interne."

Qu’avez-vous remarqué à Bruges ?

"Il y a des situations qui doivent être améliorées et qui iront mieux. Nous avons vu que Bruges était plus loin que nous dans son développement, mais pas tant que ça. Chez nous, il n’y qu’Adrien (Trebel) qui était déjà là avant le nouvel an. Eux ont peu changé l’équipe. On doit se donner du temps."

Vous avez quand même été dominés…

"Bruges n’était pas meilleur que nous. On a reçu nos chances dans ce match. On aurait pu égaliser juste après la pause. Puis, si le VAR n’était pas intervenu sur une phase confuse, ce qu’il ne doit pas faire, on aurait hérité d’un penalty et ça aurait pu être 2-2. Tu vois alors un autre match. On a réussi à faire un truc bien avec un jeune groupe. On est sur la bonne voie."

Face à l’Antwerp, ce sera encore plus musclé qu’à Bruges !

"Ce sera un match très physique. Ils sont très forts et utilisent bien cette qualité. On doit pouvoir s’y adapter. On doit trouver nos propres solutions, jouer à l’anderlechtoise."

Que pensez-vous de leurs ambitions ?

"L’Antwerp a démontré qu’il veut être avec les grands et jouer les PO1. Regardez les transferts. C’est un groupe qui était fort et qui l’est encore plus. Ils parlent de football européen. C’est un gros adversaire pour toutes les grandes équipes. Il y a peu de place pour la 6e place à cause de ça. Ils montrent qu’ils veulent y aller à fond dans leurs investissements et leurs ambitions."

Cela vous surprend de voir que Dieumerci Mbokani y a signé ?

"Je ne suis pas surpris. Quand on voit qui opère les transferts, on comprend pourquoi l’équipe est à moitié composée d’anciens du Standard. Ils vont chercher des gars qui ont déjà réussi ici."