Anderlecht Henry Onyekuru sera titulaire dimanche, mais accepterait le banc : "Le coach a toujours raison"

Vous souvenez-vous du classement des buteurs, à la fin de la saison passée ? 1. Teodorczyk : 22 buts. 2. Onyekuru : 22 buts.

Anderlecht a su garder le Polonais et est parvenu à louer le Nigérian, transféré à Everton par Eupen. Mais en 270 minutes de jeu, Anderlecht n’a marqué qu’un seul but. Seul Ostende et Lokeren ont fait pire. Teodorczyk a perdu le chemin des filets et Onyekuru a débuté par deux matchs sur le banc. "Vous verrez, on va marquer des buts, ce dimanche" , dit Onyekuru, qui s’est adressé aux médias, hier.

Il y a exactement un an , Sebastien De Maio quittait Anderlecht après un clash avec René Weiler. Stefano Okaka se cherchait encore un club, mais était déjà écarté du noyau A après une même dispute avec l’entraîneur suisse.

Cette saison, le vestiaire est beaucoup plus calme. Et les nouveaux ne sortent pas des sentiers battus. Pendant son point de presse de 16 minutes, Onyekuru a dit 20 fois le mot coach. En résumé : "Le coach peut décider ce qu’il veut, tout est bon pour moi. Il a toujours raison."

Pour comprendre le discours d’Onyekuru, il faut remonter au 25 juin. Onyekuru est à Paris pour y passer ses tests médicaux avec le PSG. Mais même avant les tests, il hésite. Il sent qu’il ne ferait pas le bon choix en signant au PSG.

Onyekuru était un visionnaire. Un bon mois plus tard, le PSG faisait signer Neymar pour ce même poste à gauche. Et personne n’avait parlé à Onyekuru d’une location, et surtout pas à l’Antwerp.

Peu à l’aise dans ce nouvel environnement parisien, Onyekuru a demandé à parler avec Anderlecht. Une conférence par téléphone a été organisée avec Herman Van Holsbeeck et René Weiler. Le Nigérian était aussitôt sous le charme de son nouveau club. Malgré deux matchs débutés sur le banc, Onyekuru n’a pas changé d’avis. "Je suis à 100 % heureux, ici."

Les fans, eux, ne comprennent pas pourquoi il n’a pas débuté à Charleroi, après sa très bonne prestation contre Ostende. Onyekuru : "Moi, je le comprends. Le coach a une stratégie en tête, et il opte pour les joueurs qui lui conviennent le mieux. Chaque joueur veut commencer chaque match, mais ce n’est pas possible."

Teodorczyk et Kiese Thelin ont tellement peu de confiance en tant que centre-avant, que l’option-Onyekuru serait peut-être meilleure. "J’ai joué comme centre-avant dans ma première saison à Eupen. Mais je suis plus fort quand je viens du flanc. Si le coach le veut, j’accepterai de jouer à chaque position offensive, mais pas en défense…"

Ce dimanche, Onyekuru sera titulaire. Lui-même reste prudent. "Le coach décidera. Mais une chose est sûre : d’ici quelques semaines, vous verrez le meilleur Anderlecht. Je comprends que 4 sur 9, ce n’est pas ce qu’on attend d’un grand club comme Anderlecht. Mais ce n’est que le début."

Entre-temps, Henry est bien intégré dans le groupe. Il habite dans le même immeuble que Trebel, près de l’Avenue Louise, et sa compagne va bientôt le rejoindre. Son "grand frère" , comme il nomme Kara, vient de resigner. Et tous les autres joueurs l’aiment bien. Et vice versa. Même Teodorczyk, pourtant pas le plus sympa de la bande, reçoit des compliments. "C’est un très bon attaquant. Je crois en lui."

Allez, montrez-nous ça dimanche, chers attaquants…

Teo: deux buts en 59 tentatives

Les stats de Lukasz Teodroczyk sont les pires de toutes. Depuis le début du championnat, il a tiré 10 fois au but en 234 minutes, sans trouver le chemin des filets. Sa deuxième partie de la saison passée était déjà dramatique. IL n'avait marqué que deux fois en 49 tentatives.

Autre stat alarmante: il ne fait pas marquer les autres. En 2017, il n'a donné qu'un assist en 36 matches. Afin de se changer les idées, Teo a passé son jour de congé ce mardi en Pologne. Il était rentré à temps pour l'entraînement matinal de mercredi. Samedi, à la veille du match contre Charleroi, il avait fait du shopping avec Madame sur l'Avenue Louise.