Anderlecht Josue Sa a profité de l’absence d’Uros Spajic et de Kara pour s’installer en défense.

"J’ai pris un peu de temps à m’habituer à votre football."

Josue Sa l’a concédé, ses débuts en Belgique n’étaient pas à la hauteur de ses attentes. Celui qui a été qualifié de leader et de bon relanceur ressemblait à un défenseur discret sans énormes qualités balle aux pieds.

Son match face à La Gantoise n’a pas rassuré. Hein Vanhaezebrouck l’a pointé du doigt et l’a renvoyé sur le banc. Il en est rapidement sorti pour pallier la blessure à la cheville de Spajic.

Il a assuré et continue sur sa lancée. Son dernier match à Genk confirmé sa progression tranquille mais constante.

"Et je peux encore m’améliorer", lance-t-il. "Et je suis persuadé que je vais le faire."

Un message à l’adresse de son coach qui ne trompe personne : le défenseur central portugais réclame du temps de jeu et espère en obtenir davantage dans les semaines à venir même s’il est conscient de dépendre du retour de Spajic, son concurrent.

"J’ai dû m’adapter et le rythme me permet de maintenir mon niveau. Je sens que je grandis bien même si je ne suis pas encore à 100 % de mes capacités. Au plus je joue au mieux je me sens bien sur le terrain."

Le Portugais commet encore des erreurs. Comme face à Genk lorsqu’il loupe une relance plein axe. Son seul ballon perdu du match, ce qui prouve son efficacité ces derniers temps.

Selon Instat, il a été l’un des hommes du match. Il réussit 87 % de ses passes et a même donné deux passes qui ont mené à des occasions de but.

Une présence offensive qui ne diminue pas son travail défensif. Il a gagné tous ses duels défensifs, a récupéré cinq ballons, en a intercepté tout autant.

Il le doit aussi à davantage de compréhension dans la ligne arrière. "Nous sommes en plein apprentissage des automatismes et ils viennent bien à l’entraînement. La défense est plus compacte. Nous comprenons davantage ce que veut faire passer comme message."