Anderlecht

Le jeune attaquant aurait dû rejoindre le leader du championnat albanais la saison prochaine. Mais un scandale de corruption en a décidé autrement.

Grand espoir du football albanais, Kristal Abazaj défend les couleurs du FC Luftëtari, actuel 4e de la division 1 nationale, "un club fluctuant, qui ne fait pas partie des valeurs sûres du championnat, mais joue les trois premières places du classement depuis sa remontée dans l'élite en 2016", analyse Pierre Vuillemot, rédacteur en chef du site Footballski, spécialisé dans les championnats d'Europe de l'Est. Acheté cet hiver par le KF Skënderbeu, Abajaz a immédiatement été renvoyé à Luftërari pour y terminer l'année en prêt. La saison prochaine aurait dû être celle de son éclosion au sein du noyau du meilleur club de son pays, sauf qu'entre temps, la justice est venue s'en mêler.

Six ans de magouilles, dix ans de placard

"Skënderbeu a été pendant longtemps considéré comme le seul prétendant albanais à pouvoir rivaliser sur la scène européenne", poursuit Pierre Vuillemot, qui évoque le passage nombreux joueurs locaux de talent et la possibilité de débourser des sommes importantes pour l'Albanie sur le marché des transferts. En témoignent sept titres et deux coupes nationales, sans compter une présence récurrente sur la scène européenne, la dernière en date cette année en phase de poule d'Europa League (Skënderbeu avait alors terminé bon dernier de son groupe, derrière le Partizan Belgrade, le Dynamo Kiev et les Young Boys de Berne).

Malgré un huitième sacre qui lui tend les bras, Skënderbeu ne reverra pas l'Europe la saison prochaine. Fin mars, l'UEFA a en effet confirmé la sanction qui l'interdit de participer à toute compétition européenne pendant dix ans. Une lourde sanction assortie d'une amende d'un million d'euros, la plus lourde jamais infligée à un club. Pour quelle raison le club de Korçë s'est-il retrouvé au ban du football européen ? "L'UEFA les soupçonne d'avoir truqué plus de cinquante matchs en six ans, de 2010 à 2016", résume Pierre Vuillemot. Un scandale à grande échelle, dans lequel sont impliqués plusieurs politiques locaux. Et si le club a fait appel de la décision de l'UEFA, pour Kristal Abazaj, la route vers l'Europe passait forcément par un exil forcé.

Le piège de Kristal ?

Avec neuf réalisations, Abazaj pointe actuellement à la cinquième place du classement des buteurs. Récemment appelé avec l'équipe nationale albanaise (mais avec laquelle il n'est toujours pas monté au jeu), cet ailier de poche âgé de vingt-et-un ans compte parmi les grands espoirs du football de son pays. Mais venir à Anderlecht n'est-il pas risqué pour un joueur à qui on serait tenté de penser qu'il reste une marche intermédiaire à franchir ? Non, selon Pierre Vuillemot. Les Mauves auraient même fait une bonne affaire : "L'Albanie est un marché intéressant, car de bons joueurs peu chers y sont formés chaque année. De plus, Abazaj joue déjà les places européennes avec le FC Luftëtari, sans compter qu'il a déjà une expérience internationale à travers la sélection espoir albanaise". Réponse la saison prochaine donc, pour voir si du côté de Neerpede, le soleil se lève toujours à l'Est.