Anderlecht Le milieu de terrain français ne sait pas encore où il jouera cette saison : à Anderlecht ou à l’étranger.

Adrien Trebel était à Soignies mercredi après-midi. En compagnie d’Alexis Saelemaekers, il a rendu visite à la grosse centaine d’enfants présente à un stage de foot réputé dans la région. Avant de signer de nombreuses photos, le Français a répondu aux questions des apprentis footballeurs.

Un des enfants lui a demandé ce qui comptait le plus au moment d’un transfert : l’argent ou la progression sportive. "Pour moi, c’est le projet sportif. L’argent, ça ne te rend pas heureux. Quand je change de club, je veux sentir la confiance et savoir que je vais jouer."

Une question évidemment sensible au beau milieu d’un mercato important pour Trebel. "Je ne sais pas encore ce qui va se passer pour moi. La seule chose certaine, c’est que j’ai encore trois ans de contrat à Anderlecht", ajoute-t-il.

Plusieurs clubs à l’étranger ont déjà montré leur intérêt pour le milieu de 27 ans. Selon nos sources, des négociations sont même en cours avec certains clubs.

Cela signifie-t-il que Trebel partira à coup sûr cet été ? Non. Les négociations n’aboutiront peut-être pas vu qu’Anderlecht ne le laissera pas filer pour rien, loin de là. Autre paramètre à prendre en compte : le mercato estival de 2018 est tronqué en entre la Coupe du Monde et le fin précoce du marché anglais (le 9 août). Bien conscient qu’il ne maîtrise pas tout dans son avenir, Trebel a décidé de faire son job comme d’habitude. "Je fais la préparation à fond. Pas question de lever le pied en pensant à un éventuel départ. Je me sens en pleine forme, je suis même descendu à 6 % de taux de graisse."