Anderlecht

La construction d'un nouveau stade à Neerpede, avancée comme une des trois options du nouveau président du RSC Anderlecht Marc Coucke pour le futur des installations du club-phare de la capitale, n'a aucune chance d'aboutir, même en cas de changement de majorité politique dans la commune. 

Après le bourgmestre Eric Tomas (PS), plusieurs autres acteurs de la vie politique locale ont ouvertement torpillé toute perspective dans ce sens. Dans l'opposition, Ecolo-Groen a dit jeudi s'opposer catégoriquement à cette éventualité car elle "détruirait le poumon vert de la zone de Neerpede". "Il va de soi qu'un nouveau stade dans cette zone verte, est impensable si l'on veut garder et renforcer son caractère rural et agricole, ce que souhaite tant la commune que Bruxelles-Environnement", a ainsi souligné le chef de file des Verts, Philippe Debry.

Celui-ci a plaidé pour une analyse sérieuse de l'alternative que représente la zone industrielle d'Anderlecht avant d'envisager toute autre implantation. En 2007, la Région bruxelloise avait commandé une étude auprès d'Idea Consult sur la faisabilité économique d'implanter un stade de 50.000 ou de 65.000 places pour le RSCA aux abords du boulevard Industriel, a-t-il rappelé.

Les Verts demandent que cette étude soit réactualisée en fonction des besoins actuels du RSCA, à savoir un stade de 30.000 places.

De son côté, le premier échevin libéral Gaëtan Van Goidsenhoven, en charge, notamment de l'Aménagement du Territoire, et de l'Environnement, n'a pas dit autre chose que le bourgmestre Eric Tomas quant à l'option de Neerpede, déjà rejetée par la commune en 2007, lorsque celle-ci était dirigée par Jacques Simonet, dont il fut le bras droit.

M. Van Goidsenhoven a ajouté que l'option de la zone industrielle, soutenue par la commune, avait alors été rejetée par le ministre-président bruxellois Charles Picqué qui lui préférait le site de Schaerbeek Formation.

Rien ne permet de dire d'emblée, qu'onze ans après, la zone industrielle qui a entretemps connu certains développements immobiliers permette de réaliser une nouvelle enceinte. "Mais il importe à tout le moins que le club et la commune se mettent autour de la table pour le dossier du stade sérieusement car depuis trois ans, c'est le silence radio dans le chef de la direction du RSCA", a ajouté M. Van Goidsenhoven.

Au niveau local, le conseiller communal CD&V Walter Vandenbossche s'est quant à lui prononcé en faveur du maintien du club dans ses installations actuelles (ndlr: pour lesquelles un permis d'agrandissement a été délivré). "Pour Neerpede, c'est bas les pattes", a-t-il ajouté à l'attention du club.