Anderlecht Le numéro 10 peine à revenir dans le coup. Les chiffres le montrent avec un seul assist depuis son retour.

Sans sa blessure au dos qui l’a écarté des terrains durant deux mois, Dennis Praet aurait pu poursuivre sur sa superbe lancée de la fin de l’année 2014. Son absence a changé la donne de manière criante.

Son mois de décembre était digne des plus grands. Passes décisives à gogo, buts de qualité : le numéro 10 mauve était intenable.

Ses statistiques étaient aussi impressionnantes que son jeu. Avec 7 buts et 10 assists toutes compétitions confondues, le Louvaniste tournait à une action décisive toutes les 136 minutes.

Touché au dos lors du stage hivernal, le médian n’a pas débuté 2015 de la meilleure manière. Après s’être battu contre la douleur durant deux mois, il a pu à nouveau fouler la pelouse du Parc Astrid lors de la dernière journée de la saison régulière. Un come-back qui ne fut pas gage de qualité. Pas à l’aise face à La Gantoise puis en finale de Coupe face à Bruges, match lors duquel il était cramé après 80 minutes, il a enfin fait parler sa vista contre Charleroi, malgré un mauvais match.

S’il a coulé comme le reste de son équipe face au Standard, il a prouvé à Bruges qu’il remontait doucement la pente. Le topper a d’ailleurs été synonyme de premier, et seul, assist depuis son retour.

Avec une seule action décisive en 385 minutes sur la pelouse, il est bien loin d’être aussi décisif qu’en début de saison. S’il est critiquable, il est tout autant excusable vu sa longue absence.

Depuis son retour, Anderlecht a perdu à quatre reprises pour une seule victoire. Une statistique qui prouve l’importance d’un Dennis Praet en pleine possession de ses moyens pour Anderlecht. Ce qui n’est pas encore le cas.

© DR