Anderlecht

Silvio Proto explique pourquoi il est le gardien le moins passé de D1


Suivez le multilive en direct dès 20h30 !


Ariël Jacobs: “Je ne suis pas le seul que ça ennuie”

Marecek veut signer à Anderlecht

Biglia out entre 3 et 8 semaines


ANDERLECHT À peu de choses près, Silvio Proto a vécu le premier tour dont il rêvait pour son retour à Anderlecht. Le portier dresse le bilan.

Silvio, vous êtes le gardien le moins battu en D1...

“J’en suis fier, mais je n’en fais pas non plus une obsession. Tout ce que je veux, c’est être champion ! Si on y parvient, je veux bien prendre tous les buts que vous voulez... Bien sûr, on veut aussi aller loin en Coupe et en C2, mais en 2010, le titre est prioritaire.”

Vous avez un secret pour prendre si peu de buts ?

“Non. C’est le mérite de toute l’équipe. Il ne faut pas oublier que notre premier défenseur, c’est l’attaquant de pointe. On a beaucoup parlé des prestations de Mazuch, mais ce serait oublier le bon boulot réalisé par Deschacht, Van Damme, Gillet, Juhasz, Biglia ou Kouyaté.”

Les quatre derniers buts que vous avez encaissés sont tombés sur des phases arrêtées… Comment l’expliquez-vous ?

“Il faut savoir que c’est le point fort de la plupart des équipes de D1 belge. Nous avons peut-être manqué de concentration par moments. Mais je n’irai pas jusqu’à dire que c’est une faiblesse de notre part.”

Vous avez progressé depuis votre retour à Anderlecht ?

“Après avoir retrouvé mes bases au Germinal Beerschot, revenir au Sporting a été un réapprentissage. Car c’est très différent de jouer dans le but ici : on touche moins de ballons, mais il faut être plus présent sur les phases arrêtées et dans le trafic aérien. En plus, ce n’était pas évident de prendre la place de Davy Schollen après ce qu’il avait montré la saison dernière. Au final, je pense avoir fait du bon boulot. J’en profite tant que ça dure : j’ai appris que parfois, les lendemains déchantent.”

Vous semblez bien plus autoritaire sur les ballons aériens.

“J’essaie de sortir le plus possible. C’est une question de confiance, mais il faut privilégier l’efficacité au beau geste.”

Êtes-vous plus calme qu’avant ?

“Je sais qu’au début, certains pseudo-connaisseurs affirmaient que j’étais trop nerveux. Ils parlaient vraiment pour faire du vent ! Moi, je sais que j’ai besoin de me sentir concentré et de bondir sur la balle. Me sentir mou, ce n’est pas pour moi. Je crie ? C’est normal pour un gardien d’affirmer sa présence et de coacher sa défense.”

Vous aviez affirmé qu’à vos yeux, les gardiens évoluant en Belgique semblaient jouir de moins de crédit aux yeux de Dick Advocaat. Partir à l’étranger est-il prévu dans votre plan de carrière ?

“Plus jeune, j’avais un plan de carrière, mais après ma grave blessure, il s’est bien cassé la gueule ! Si une belle proposition arrive sur la table, je l’étudierai. Mais pour l’instant, je préfère vivre au jour le jour.”



© La Dernière Heure 2009