Anderlecht Avant le choc Bruges - Anderlecht du 14 mai, Lukasz Teodorczyk avait "provoqué" le public brugeois, selon la Cellule Football.

Lukasz Teodorczyk ne pose pas seulement problème au niveau sportif - il ne parvient plus à marquer - mais également au niveau de l’image d’Anderlecht. Il vient à peine d’être suspendu pour un coup de pied de frustration au Genkois Aidoo (2 matchs plus 800 euros d’amende) qu’il écope maintenant d’une amende de 1.000 euros pour son doigt d’honneur vers les supporters de Bruges.

L’incident date du 14 mai. En plein playoffs, Anderlecht se déplace à Bruges. À bord du car : Lukasz Teodorczyk, qui râle parce que René Weiler le met sur le banc pour le match clé du championnat. À ce moment-là, Teo n’a plus marqué depuis 738 minutes.

Comme d’habitude, l’ambiance est hostile quand les portes du car s’ouvrent. Les supporters de Bruges huent et insultent les Anderlechtois, leaders du championnat. Teo les regarde d’un air hautain et leur montre un doigt d’honneur. Un photographe attentif immortalise la scène.

Une demi-heure plus tard, rebelote. Pendant l’échauffement, Teo tire au but comme il le fait dans la plupart des matchs en 2017 : en visant à côté ou au-dessus du but. Les ratés du Polonais amusent le public brugeois, qui le chambre après chaque loupé. À la fin de l’échauffement, Teo en a ras-le-bol : il prend quelques ballons et fusille les supporters de Bruges, tout en faisant signe qu’ils doivent faire encore plus de bruit.

Après quelques jours de réflexion, la police de Bruges dresse un procès-verbal contre Teo. Anderlecht, quant à lui, ne sanctionne pas son joueur, vu les provocations du public brugeois à l’égard des Anderlechtois. Lors d’un entretien entre quatre yeux, Weiler demande à son attaquant de se concentrer sur le football. Il le fera le 18 mai en marquant les deux buts du titre à Charleroi.

Si le parquet de l’Union belge était intervenu, Teo aurait été suspendu pour ce match. Mais vu que les faits n’avaient pas eu lieu pendant les 90 minutes de jeu, Teo n’a pas été poursuivi.

La Cellule Football du ministère des Affaires intérieures, elle, s’est bel et bien penchée sur le P.-V. rédigé par la police. La semaine passée - le 13 novembre -, soit six mois après les faits, Teo devait comparaître. Selon la Cellule Foot, le Polonais n’était pas présent. Il profitait du congé qui lui avait été offert par Hein Vanhaezebrouck pour partir en Pologne.

En son absence, il a reçu une amende (pas très élevée) de 1.000 euros. "Les gestes de Monsieur Teodorczyk ont été jugés provocateurs", dit la Cellule Foot.

Pour Teodorczyk, 1.000 euros, ce sont des cacahuètes, comparées à son salaire de 2 millions par an.

1.250€ pour De Bilde, Sterchele pas puni

Bruges - Anderlecht est le match des doigts d’honneur. En 2002, lors du match de la honte, Gilles De Bilde et Olivier De Cock s’étaient pris 1.250 euros d’amende pour avoir provoqué les supporters de la partie adverse. En 2007, le regretté François Sterchele avait fêté la victoire du Club en tendant son majeur aux supporters d’Anderlecht. "Ce n’était pas un doigt d’honneur", assurait-il. "Depuis le mois de mars, je porte un tape au majeur de la main droite, pour le protéger. Je suis tombé trois fois dessus."

La police a cru la version de François.