Anderlecht Face à Mouscron, Thomas Didillon a gardé le zéro pour la première fois de la saison mais veut encore s’améliorer.

Comme face à Charleroi, il a sorti les bons arrêts au bon moment. Thomas Didillon s’habitue au job de gardien dans un grand club qui lui fournit peu de boulot mais où il doit être attentif durant 90 minutes. "Ce n’est pas simple de rester concentré. C’est très énergivore. Cela montre que je suis capable d’être présent à des moments où on a besoin de moi. Je dois rester mobilisé et garder les gars au taquet durant le match pour éviter des moments de creux comme en début de deuxième mi-temps."

Cette victoire fait du bien au groupe ?

"C’était une bonne chose de gagner contre une équipe comme Mouscron qui encaisse peu. On savait qu’on allait avoir la maîtrise du ballon et on a su rester patient. C’est juste regrettable cette rouge en fin de match car on sera privé de Vranjes à Bruges."

Au moins vous vous y rendez avec le maximum de points…

"C’est bien d’aller à Bruges avec 12 sur 12. On a bien su se concentrer sur Mouscron sans penser à Bruges. On a désormais une semaine pour se préparer pour le topper."

Anderlecht semble difficilement arrêtable offensivement…

"Nos attaquants rendent les choses faciles. Moi, je vois plus les espaces que l’adversaire peut exploiter. Plus on trouvera un équilibre entre force de frappe offensive et imperméabilité derrière, mieux ce sera."

Vous pointez les occasions de Mouscron après la pause…

"Sur le début de deuxième période, on a eu un relâchement coupable. On a toujours quelque chose à améliorer."

Êtes-vous satisfait de la clean sheet ?

"C’est surtout bien de voir que l’équipe travaille ensemble et se félicite mutuellement. On saura s’appuyer sur notre force collective quand il y aura des moments plus sombres. Il n’y a pas cette force dans toutes les équipes et il faut en profiter. Il ne faut pas se focaliser sur la clean sheet mais sur comment l’obtenir. On a mis les ingrédients qu’il fallait."

Vous avez fêté la victoire en pointant Adrien Trebel du doigt. C’était un message…

"On a envie de pouvoir profiter de lui toute la saison. C’est la pièce maîtresse de notre jeu. Mais vous savez qu’en football tout peut aller très vite. On connaît son importance et on est tous contents de l’avoir avec nous au quotidien."