Anderlecht
Les nouveaux champions de Belgique ont livré leurs premières réactions au micro de nos confrères de Proximus 11.

René Weiler : "Evidemment on est habité par la joie aujourd'hui ! Ca a été dur, on a eu la pression et on comprend pourquoi ce soir. Je pense que ce titre est mérité. J'en suis très heureux pour les joueurs bien sûr, mais aussi pour le club, les supporters et nous, le staff. C'est un vrai soulagement. Je suis très fatigué et très heureux. Je suis un entraîneur très jeune et très peu connu. On m'a critiqué fortement mais j'ai toujours fait mon boulot avec mon staff. On n'a jamais lâché et on a travaillé tous ensemble pour ce titre. On a réussi à créer une ambiance qui nous a permis de remporter ce titre. On dit tout le temps qu'on a besoin de titres pour être respecté. Mais moi je vois avant tout la manière et le travail. Certes on a connu des défaites, c'est le foot, mais on a continué à travailler et on a élevé notre niveau petit à petit. On a gagné le titre, c'était l'objectif, et j'en suis très heureux. Si tout le monde dit que c'est grâce à la mentalité qu'on a développé qu'on l'a emporté et que c'était du jamais vu à Anderlecht, je suis très fier. Et je voudrais aussi dire que je suis très fier d'avoir travaillé avec cette équipe qui mérite amplement ce sacre."

Kara Mbodji : "C'était l'objectif du club et je pense qu'on le mérite cette saison. Je remercie le président ainsi qu'Herman Van Holsbeeck et l'ensemble de la direction. Et évidemment tous ceux qui ont participé à la réalisation de cet objectif : le staff, mes coéquipiers, les supporters. Le coach René Weiler est arrivé en patron, avait ses objectifs, a fait ce qu'il fallait pour construire une belle équipe solide. Cette année, l'équipe qu'on avait était capable d'arriver là où nous sommes. On avait des individualités capables de faire la différence à tout moment. C'est mon premier titre et j'en suis très content. Je perds mes mots sous l'émotion, je ne sais pas quoi dire de plus."

Frank Boeckx : "C'était un match difficile mais on l'a emporté à l'extérieur. Sans regarder le résultat de Bruges on a fait notre boulot. Je pense que c'est le meilleur résultat pour nous : gagner par nous-même. On a appris après le match que Bruges a perdu à Ostende mais on voulait faire notre boulot pour avoir notre sort en main et ne pas miser sur leur défaite. C'est le plus beau moment de ma carrière. Je pense à beaucoup de choses en même temps et je ne sais pas quoi dire. Je vais aller faire la fête avec mes coéquipiers et nos supporters."

Sofiane Hanni : "C'est ça le football. Un match dure 90 minutes. A la mi-temps je tirais la tête, maintenant j'ai le sourire. On a fait une première mi-temps pas satisfaisante mais en deuxième on a réussi à relever la tête, à trouver des solutions et donc à se créer des occasions. Il fallait rester calme. C'est ce qu'on a bien fait en deuxième mi-temps. On savait que si on égalisait, on remporterait ce match et c'est ce qu'il s'est passé. Être champion c'est magnifique. Même à l'extérieur nos supporters sont là, on se croirait à la maison. Anderlecht attendait un titre qui lui échappait depuis deux saisons d'affilées. On a montré aujourd'hui et sur l'ensemble de la saison qu'on était des hommes et qu'on était capable de ramener ce titre à la maison. J'ai vécu une première année en mauve magnifique. J'avais une petite pression en arrivant par rapport à mon titre de footballeur pro et par rapport à l'attente qu'Anderlecht avait en moi. Pour ma première saison en tant que capitaine, leur offrir le titre, je ne pouvais pas rêver mieux."

Adrien Trebel : "Il y a beaucoup d'émotion aujourd'hui. Après un titre, je pense qu'on prend conscience des choses surtout le lendemain et les jours suivants. Ce qui est sûr, c'est que ce groupe, ce staff, ont fait énormément de travail depuis le début de la saison. C'est mon deuxième trophée en Belgique et je vais bien sûr le fêter. Je suis venu pour ce titre. Je remercie la direction qui a forcé pour obtenir ma signature. Je savais que j'obtiendrais du temps de jeu mais aujourd'hui c'est un trophée collectif. Si je devais tout de même citer un homme de la saison ce serait Leander Dendoncker. Je pense qu'il fait un travail dans l'ombre et qu'il n'est pas jugé à sa juste valeur. Je suis capable de citer certains joueurs individuellement parce que derrière c'est tout le collectif qui a suivi et le mérite en revient au coach."

Herman Van Holsbeeck : "Je suis très heureux mais surtout soulagé, les dernières semaines étaient stressantes et difficiles. Bruges était le grand favori mais ces derniers mois, on s'est rendu compte qu'on pouvait être champion. Notre football n'a pas toujours été au top mais la mentalité était présente, ce qui nous avait fait défaut ces deux dernières années. C'est tout le mérite de René Weiler, qui a construit un groupe de gagneurs. Le coach nous a remercié de lui avoir laissé sa chance alors qu'il était encore un jeune entraîneur que personne ne connaissait. Avant d'envisager la saison prochaine, on va un peu profiter de cette victoire. Evidemment tout le monde va citer Teodorczyk comme satisfaction de la saison mais moi je voudrais mettre en avant Frank Boeckx qui est arrivé ici comme troisième gardien, tout le monde disait qu'il ne percerait jamais et aujourd'hui il fait partie de l'équipe qui nous rapporte ce titre. Concernant Tielemans, je pense qu'il va nous quitter mais ce ne sera pas forcément pour Monaco car d'autres équipes sont intéressées. Je pense que son transfert sera réglé dans les quinze jours qui viennent. On va essayer de faire en sorte que tous nos joueurs ne nous quittent pas mais ceux qui partiront nous offriront plus de flexibilité financière. Je promets qu'Anderlecht sera encore plus fort la saison prochaine. On a changé de coach et on a pas eu le temps de préparer correctement notre effectif. Ici, on va avoir deux mois pour peaufiner notre équipe, principalement dans les secteurs où l'on est un peu plus faibles comme l'attaque."

Roger Vanden Stock : "Quand on était mené 1-0, j'étais quand même assez confiant pour la suite. Mais en football, rien n'est jamais sûr. Aujourd'hui c'est le couronnement d'une saison. En juin, on n'avait plus d'entraîneur, plus d'équipe et pas de mentalité car une majorité de joueurs voulait partir: Praet, Okaka, etc. Aujourd'hui, je dédie la victoire à Herman Van Holsbeeck qui a trouvé l'entraîneur qui nous fallait et les bons transferts qu'il nous fallait. Notre entraîneur a essuyé beaucoup de critiques. En novembre, tout le monde voulait sa peau. Aujourd'hui c'est le travail de tout le monde qui est récompensé. On va jouir de ce qui nous arrive. Je le répète : sans Herman Van Holsbeeck on ne serait pas champion aujourd'hui. Félicitations également à l'ensemble du staff et évidemment à tous nos joueurs. Ce 34e titre a une saveur un peu spéciale car on a reçu beaucoup de critiques contre nous, tout le monde exigeait qu'Anderlecht reprenne le titre après deux saisons de disette et c'est exceptionnel d'avoir relevé ce défi. René Weiler a réussi à insuffler à Anderlecht non pas un football champagne mais un football sérieux. Je pense qu'on va encore s'améliorer grâce à lui et que la saison prochaine, notre football sera meilleur. Il a fait naître dans cette équipe une mentalité exceptionnelle. En 40 ans à Anderlecht, je n'ai jamais vu un esprit de groupe aussi intense que celui créé par René Weiler cette saison-ci."