Charleroi Entre son passage à Anderlecht, - entre 2008 et 2009 - et aujourd’hui, le médian sénégalais n’est plus le même joueur.

Il y a quelques mois encore, Felice Mazzù l’avouait : "Damien Marcq est le premier nom que je couche sur la feuille de match." Le Français parti à Gand, ce premier nom est peut-être, désormais, celui de Cristophe Diandy.

Prêté à Mons et OHL par le passé, le médian sénégalais semble, à Charleroi, avoir trouvé la stabilité nécessaire à sa progression. Et à son évolution. Car depuis la saison dernière, Diandy est devenu un autre joueur. S’il a toujours pour lui ce gabarit impressionnant qui lui permet d’être très fort à la récupération, le Sénégalais a ajouté à son jeu une intelligence tactique et technique, qui lui a permis d’accéder au statut de cadre du vestiaire. Presque d’indispensable. Trop timide pour l’avouer, on peut même dire qu’il est même devenu le patron de l’entrejeu carolo. Entretien.

Cristophe, d’abord, comment vous sentez-vous physiquement après votre préparation chahutée par une blessure aux adducteurs ?

"Je me sens bien. Mon premier match complet de la saison, à Mouscron, m’a fait du bien après les minutes que j’avais reçues en amical, en fin de préparation. Bien sûr, j’ai senti que je n’étais pas encore à 100 % dans le rythme mais je pense avoir fait ce que j’avais à faire."

[...]