Charleroi Dorian Dessoleil ne compte pas se laisser impressionner par les Limbourgeois.

Défait à domicile par l’Antwerp et Anderlecht, Charleroi n’a engrangé que trois points lors des trois premières journées de championnat (grâce à une victoire 1-4 à Eupen).

Malgré ce début de saison frustrant au regard du bilan comptable, Dorian Dessoleil reste confiant, au vu de la manière.

"Le groupe et le staff sont en confiance. La performance contre Anderlecht était la meilleure depuis janvier. C’était de bon augure. Maintenant, la confiance doit rester. Nous devons corriger les erreurs de la semaine passée et ça ira encore mieux", assure le défenseur central.

Face à Genk, il espère retrouver ce petit brin de chance qui manquait à l’équipe lors des dernières rencontres. "En football, on peut très bien gagner un match en étant mauvais, mais on peut aussi perdre un match en étant merveilleux. Comme nous contre Anderlecht."

Merveilleux, le Sporting l’avait été, le 19 août 2017, lorsqu’il s’est imposé 0-1 à Genk. Un an après, jour pour jour, les Zèbres espèrent réitérer leur performance. Mais Dessoleil le sait : la tâche sera ardue puisque les Limbourgeois sont invaincus depuis le début de la saison. Les belles prestations de l’équipe de Philippe Clément n’intimident pas pour autant le Carolo. "Footballistiquement, l’équipe est très forte, avec des individualités qu’on connaît très bien depuis quelques années. C’est sûr qu’ils ont des joueurs du subtop et pour l’instant, ils sont en pleine forme. C’est une bonne équipe, mais nous aussi ! On ne doit pas se laisser impressionner", affirme celui qui semble gagner en assurance, match après match. Et qui espère que cette saison sera celle de la confirmation. Lors de la précédente campagne, il s’était imposé en défense centrale, aux côtés de Javier Martos, en disputant 38 matchs en tant que titulaire.

Aujourd’hui, le défenseur espère continuer sur sa lancée et estime avoir atteint un nouveau statut au sein du vestiaire. "En enchaînant beaucoup de matchs comme je l’ai fait l’année passée et lors de ce début de saison, on se sent plus important dans un noyau. Je me sens plus écouté et plus en confiance", termine le Zèbre, qui s’était montré décisif à la Luminus Arena la saison dernière, en étant à la base du but carolo. Bis repetita ?

Dessoleil face à son prédécesseur

Le duel entre Genk et Charleroi est aussi celui entre Dewaest et Dessoleil. Soit l’ancien défenseur central du Sporting… et son successeur. "On a tous les deux été formés aux côtés de Martos, qui est quelqu’un de fantastique humainement et avec qui il est facile de jouer, précise le Carolo. Dewaest est un joueur que j’apprécie car il a énormément de qualités. Il a travaillé dur pour en arriver là où il est et, malgré des blessures, il a fait preuve d’une grosse mentalité."

Mazzu: "Pas qu’une question de chance"

Felice Mazzù espère voir son équipe progresser dans les deux rectangles

Se déplacer à Genk n’est jamais une sinécure. Surtout avec un Racing en grande forme. Mais cela n’empêche pas Charleroi de croire dur comme fer à la victoire, en s’appuyant notamment sur la belle prestation réalisée face à Anderlecht.

"Il y a eu beaucoup de positif à retirer de ce match, avoue Felice Mazzù. Mais ce n’est pas uniquement la chance qui a fait basculer ce match. Des erreurs ont été faites sur les deux buts que nous avons encaissés et offensivement, nous avons manqué d’efficacité. Soit le gardien adverse a fait la bonne parade, soit nous avons fait le mauvais geste. Le constat est simple : on doit encore progresser dans les deux rectangles."

Lucide, l’entraîneur zébré sait qu’il faudra être capable de bloquer les meilleurs joueurs limbourgeois pour avoir une chance de s’imposer.

"L’objectif sera d’abord de fermer l’axe pour éviter à des joueurs comme Pozuelo, Malinosvkyi, Berge, Trossard ou encore Ndongala de se montrer. Il faudra essayer de ne pas donner d’espace à Genk dans les intervalles afin qu’ils ne puissent se balader dans le milieu de jeu."

Le tout, en essayant de ne pas concéder de coup franc. "On sait que c’est la spécialité de Malinovskyi, qui est en grande forme ces dernières semaines. Pozuelo est aussi un grand frappeur. Mais si malheureusement, il y a un coup franc pour eux, j’espère que notre gardien sera positionné au bon endroit pour l’arrêter."

Un gardien qui devrait, selon toute vraisemblance, s’appeler Rémy Riou, en passe de fêter sa première titularisation sous ses nouvelles couleurs.