Charleroi

Débarqué sur la pointe des pieds de Roulers, il n’a fallu que quelques mois à Sébastien Dewaest pour s’imposer parmi les poids lourds de la D1. Consciente de tenir un crack, la direction carolo s’est empressée de lui faire signer un nouveau contrat, qui le lie au Sporting jusqu’en 2016 : "En signant à Charleroi, Mehdi Bayat m’avait promis que l’on rediscuterait si je parvenais à faire mes preuves sur le terrain. On en avait reparlé durant le stage en Turquie. De mon côté, j’espérais que tout soit réglé avant le Standard. Histoire de pouvoir me concentrer à 100 % sur le match. Je suis évidemment ravi; c’est la preuve que le club me fait confiance et croit en moi."

Même si les Zèbres ont perdu pas mal de forces vives récemment et tirent sur la corde, le roc n’a pas hésité au moment d’apposer sa signature : "En tant que footballeur, je sais que tout peut aller très vite dans ce milieu. Mehdi m’a expliqué qu’il voulait faire de Charleroi un grand club et je suis prêt à m’inscrire dans ce projet. J’aimerais un jour goûter à d’autres championnats, ou évoluer dans une équipe du top, mais c’est ici que j’ai eu la chance de découvrir la D1. Et puis, ici, je suis déjà bien intégré et je bénéficie de pas mal de temps de jeu. Ailleurs, je n’aurais aucune garantie."

Pourtant, quelques pointures sont déjà à l’affût : "De mon côté, je n’ai entendu parler de rien."

Histoire de fêter comme il se doit ce nouveau bail, le défenseur formé à Lille aimerait faire la nique aux Liégeois : "Pour moi, le Standard est actuellement la plus belle équipe de Belgique. De plus, je sais à quel point une victoire est importante pour les Carolos. On n’arrête pas de m’en parler. Ce serait d’autant plus beau d’aller chercher ces trois points qui nous manquent dans ce derby. C’est très difficile pour le moment, mais je fais confiance au coach pour trouver les bonnes solutions."

En attendant d’en découdre, il n’y a en tout cas pas de folies au programme pour marquer le coup de sa revalorisation salariale : "Je ne suis pas un flambeur. Je n’ai pas envie de me retrouver comme tous ces joueurs sur la paille à la fin de leur carrière."