Charleroi Son titre, Big Orgus, est depuis longtemps un hymne du Sporting Charleroi. Samedi, il sera aux platines au club pour la première fois.

"Un jour, par hasard, en regardant le Week-end Sportif, je suis tombé sur mon titre. Apparemment, les supporters du Sporting Charleroi l’avaient adopté. Et cela fait pas loin de 10 ans que ça dure. Une vraie fierté."

Alexandre Schippers, aka DJ Furax, n’avait pourtant jamais mis jusque-là les pieds au Mambourg.

Samedi, il sera bien là, au cœur de la T4, pour livrer la version live de son Big Orgus : "Il y aura deux sets de quelques minutes. Avant le match et à la mi-temps. Je n’ai pas vraiment l’habitude de faire des stades, mais je pense qu’il y aura pas mal d’ambiance. Notamment au moment de Big Orgus. Ce sera l’occasion pour les supporters, pour une fois, de voir le DJ derrière ses platines."

Au Mambourg, tous les buts se fêtent au son de l’orgue. Cette fois plus que jamais, tout le monde espère qu’il y en aura face au leader anderlechtois : "Il y a bien eu un nouveau son pendant quelque temps, mais le club est vite revenu au titre original. Je ne sais pas comment c’est né. Ce n’était pas un coup de pub, une promo, comme cela se fait souvent. Je n’ai rien à voir là-dedans. Mais, bien sûr, j’ai toujours laissé faire Charleroi. C’est plutôt sympa."

Un titre griffonné sur un bout de papier, à la va-vite : "J’ai écrit ça en quelques minutes, pendant un déménagement. Ce n’était qu’une face B, qui était passée inaperçue. Pourtant, quelques années plus tard, on a décidé de le relancer. Et ça a fini par cartonner."

S’il n’est pas carolo, comme beaucoup le pensent, DJ Furax tient au Pays Noir : "J’ai déjà tout lu et entendu. Que je venais de Charleroi, de France… Peu importe en fait. Moi, je suis déjà venu souvent mixer dans cette région, et j’ai vu des gens et des choses incroyables. Loin de tous les clichés que l’on véhicule sur la ville et la Wallonie en général. Notamment lors de la dernière City Parade. J’aime venir ici et je veux encore prendre du plaisir samedi soir."

Avec, qui sait? de nouveaux rendez-vous à l’avenir : "Il n’y a rien de prévu pour le moment, dans ce sens-là, mais pourquoi pas. On ne sait jamais ce qui peut arriver."

"J’avais pensé faire un truc avec le Sporting"

"À une époque, j’avais pensé faire quelque chose avec le Sporting. Mais mes managers ne croyaient pas que c’était une bonne idée d’attacher mon image à un club de façon récurrente. Ils estimaient que cela n’était pas forcément bon pour ma carrière. C’en est resté là."

Depuis, entre Alexandre Schippers et Charleroi, les chemins ne s’étaient plus vraiment croisés : "Mehdi Bayat est toujours là ? À un moment, je pense que c’était son oncle, non ? Il se passe tellement de choses. Franchement, c’est difficile à suivre. Et puis, je dois bien avouer que je ne suis pas vraiment un grand fan de foot. Je suis cela de loin."

Du stade, il ne sait rien non plus ou presque. Il le découvrira samedi, le soir du match : "Je ne viendrai pas cette semaine faire de balances ou autres. Je suppose que le club travaille avec son propre matériel. Pour être honnête, je ne sais même pas vraiment où je vais m’installer. Si c’est au bord du terrain ou dans les tribunes. Mais ce n’est pas si important. Je suis sûr que l’ambiance sera là."

D’autant qu’il devrait y avoir du monde, dans un Mambourg avide d’affiches. Face à un ténor, qui a bel et bien mordu la poussière ces deux dernières années au Pays Noir.

Il est l’heure de l’électro… choc

Des supporters qui arrivent au compte-gouttes à quelques minutes de la rencontre et repartent aussitôt le coup de sifflet, c’est le lot d’un Mambourg toujours loin d’être redevenu chaudron. Même si les quelque 5.000 partisans zébrés ne cessent de donner de la voix.

Plus que jamais, après avoir redressé la barre sportivement, le club jette son va-tout pour que ce stade retrouve enfin l’aura qu’il mérite. Du bon son avec DJ Furax, quelques places gratuites à gagner, une affiche : ça donne envie, non ?

DJ Joss et Luna : aussi en guests

DJ Furax n’est pas le premier à se produire exceptionnellement au Mambourg, afin de faire monter les décibels. Cette saison, comme cela avait d’ailleurs déjà été le cas avant, DJ Joss s’est également installé en T4 : "Lui, c’est un vrai Carolo. Je sais en plus que c’est un fana de sport. Il est même président d’un club de basket", lâche Alexandre Schippers.

Si le set de ce week-end est très attendu, celui de Mademoiselle Luna devrait aussi, bientôt, valoir le détour. La résidente de Fun Radio devant aussi poser ses platines dans les tribunes.

Après avoir associé son image à celles des Dauphines, elle a également plusieurs fois mis le feu au Spiroudome. Autant dire qu’elle sait y faire dans une arène.