Charleroi Dorian Dessoleil regrettait amèrement le contraste entre la première et la deuxième mi-temps de Charleroi

On a rarement vu le noyau carolo aussi abattu après une défaite. À la sortie du vestiaire, les têtes des Zèbres étaient baissées et les joueurs n’étaient pas très enclins à s’adresser aux journalistes. Même si quelques-uns, dont Dessoleil, l’ont quand même fait.

Dorian, quel est votre sentiment après ce match que Charleroi avait bien entamé ?

"Je pense qu’on a fait une très grosse première mi-temps, avec une grosse organisation, un bon bloc et une bonne possession de balle. On a même eu la chance de marquer. Mais cette deuxième mi-temps n’a vraiment pas été bonne. On a complètement perdu notre organisation. Par exemple, sur le 1-2, on se retrouve à deux contre deux défensivement. Ce sont des choses qui ne peuvent pas arriver à ce niveau-là…"

Pourquoi avoir reculé autant après la pause ?

"On a peut-être cru qu’on parviendrait à faire le gros dos durant 45 minutes, comme on a su le faire la semaine dernière face à La Gantoise. Mais on sait que Bruges a des qualités offensives indéniables. Ils ont mis une énorme pression en début de deuxième mi-temps. Ils ont su exploiter les contres et marquer leurs goals. Malheureusement on en prend trois."

Les changements brugeois ont fait la différence également.

"C’est sûr qu’avec un banc pareil on devait s’attendre à ce que leurs changements nous fassent très mal. C’est ce qu’il s’est passé. Et nous, on n’a pas su répondre présent."

Et l’Europe est à nouveau en danger…

"Oui, on sait très bien qu’on a un match très important dimanche à Genk où il va falloir relever la tête. On va devoir essayer de se montrer un peu plus concentrés car montrer deux visages à ce point différents, ce n’est pas possible… On va se concentrer directement pour ce match de Genk qui sera vraiment décisif. On espère finir quatrième. C’est notre objectif."