Charleroi Felice Mazzù espère avoir tiré les leçons des trois derniers mois délicats.

Du soleil, des sourires et de la bonne humeur. Il n’y a aucun doute : Charleroi a retrouvé la victoire dimanche dernier. Et c’est dans une sérénité retrouvée que les Zèbres ont préparé leur déplacement à Anderlecht.

"J’ai ressenti à l’entraînement que tout le monde était apaisé, admet Felice Mazzù. J’ai décidé d’axer les séances sur le plaisir pour qu’on puisse continuer sur cette lancée."

Mais pour aller de l’avant, il faut être capable de comprendre les erreurs du passsé. En ce sens, le coach carolo est revenu sur cette période de trois mois sans victoire, qu’il a analysée avec un peu de recul.

"Durant tout ce temps, on a appris beaucoup de choses, avoue-t-il. Je ne considère d’ailleurs pas ces trois derniers mois comme un échec mais comme une période qui doit nous apporter beaucoup de réflexion et de positif. Car il est important de tirer du positif de toute situation."

Et de faire son introspection: "En tant qu’entraîneur, je suis soulagé d’avoir renoué avec la victoire. J’ai beaucoup réfléchi et je réfléchis encore. Durant notre période noire, j’ai parfois essayé de donner sa chance à tout le monde pour garder le groupe concerné. Mais la diversité des profils m’a souvent obligé à modifier le schéma tactique. Peut-être aurais-je dû opter pour plus de continuité, de stabilité. La solution que j’ai choisie n’était peut-être pas la bonne. Je me remets aussi en question après ces semaines difficiles."

Mais le T1 zébré insiste sur le fait qu’une victoire ne doit pas tout effacer.

"Il ne faut surtout pas croire que tout est reparti car on a gagné un match. Ce serait être prétentieux et manquer d’humilité. Si on n’a pas en nous les mêmes valeurs que face à La Gantoise, on ne pourra pas l’emporter dimanche à Anderlecht. Ce sont ces valeurs qui sont importantes, surtout au moment où on clame son ambition de jouer le haut du tableau, comme cela a été notre cas. Car pour garder cette ambition, il ne faut pas penser que rien ne peut t’arriver. Il faut avoir le courage de dire quelque chose et de penser de la même manière. Et peut-être qu’à certains moments, on ne l’a pas fait. On s’est peut-être pris pour des autres - moi y compris."

"La même équipe ? Pas si simple…"

C’est en 4-4-2 et avec le duo Pollet-Bedia en attaque que Charleroi a retrouvé la victoire contre Gand. Si Hendrickx est fit, il serait logique de retrouver le même onze de base au coup d’envoi d’Anderlecht-Charleroi, dimanche. "Mais ce n’est pas si simple que cela", explique Felice Mazzù. "Anderlecht évolue, avec Vanhaezebrouck, dans un dispositif assez atypique et on va devoir en tenir compte. Il y a également plusieurs inconnues : Ganvoula sera-t-il titulaire ou y aura-t-il un joueur aligné en faux neuf ? Si Kums est forfait, Dendoncker jouera-t-il un cran plus haut ? Tout cela a son importance au moment de choisir l’équipe qui va commencer."