Charleroi

Felice Mazzù espère que sa direction lui trouvera des renforts avant la fin du mercato

C’est un Felice Mazzù naturellement déçu qui s’est présenté en conférence de presse où il a évoqué les sujets les plus brûlants de la soirée…

La défaite : “La victoire de Courtrai est méritée. On a fait une première mi-temps cohérente mais on prend un but sur la première sortie de Courtrai. On s’est installé dans le camp adverse mais on a eu du déchet dans les dernières passes de finition. La deuxième mi-temps est devenue brouillonne. Quand on est mené, la solution c’est de faire des changements offensifs mais je n’en avais pas aujourd’hui. J’ai essayé de faire avec ce que j’avais.”

Le mercato : “Je sais que des joueurs vont arriver. Je ne sais pas qui et quand car je ne le sais pas. Le club avait déjà pris conscience pendant la semaine qu’il fallait faire quelque chose et on travaille là-dessus. Ma priorité c’est le secteur offensif. Quand vous commencez le match avec un seul attaquant à votre disposition…”

Le remplacement de Martos : “J’ai remplacé Javier à la mi-temps car je me suis dit que si on retrouvait des situations comme celle qui amène le premier but de Courtrai, il fallait plus de taille dans notre grand rectangle. On s’est fait prendre deux fois sur notre côté gauche dans le dos de Nurio. On doit travailler là-dessus.”

La première de Dervite : “Il n’a pas eu grand-chose à faire dans ses qualités. Courtrai n’est quasiment pas sorti en deuxième mi-temps. Il était assez libre dans sa zone pour relancer. C’est difficile de le juger. Il a joué latéral, c’est logique pour son premier match dans une ambiance un peu chaude.”

La réaction du public : “Je peux le comprendre. Les supporters paient leur place pour voir leur équipe gagner. Et ce n’est pas le cas aujourd’hui comme ce n’est pas le cas ces derniers temps. Je peux comprendre la déception de notre public mais je lui demande simplement d’être patient. D’attendre la fin du mercato, de voir ce qui va arriver et de voir comment on peut reconstruire quelque chose. On n’est pas dans une période facile. Il va falloir travailler et faire les bons choix pour s’en sortir. Et retrouver une âme.”