Charleroi Après avoir inscrit sa première réalisation de la saison, à Eupen, Jérémy Perbet a exulté : "C’est la récompense de mes efforts".

43. C’est donc le nombre de minutes en Pro League qu’il a fallu à Jérémy Perbet pour trouver le chemin des filets, cette saison. Un but très important puisqu’il a permis à Charleroi de prendre le large sur Eupen, alors que le score était de 1-2 et que les Zèbres n’étaient pas au mieux, même à onze contre dix, après l’exclusion d’Ocansey.

"Ce premier succès de la saison, on en avait besoin, surtout à l’extérieur. On a fait preuve de caractère pour revenir au score, et c’était important, avant les deux gros matches qui nous attendent (contre Anderlecht et à Genk)", soulignait le Français, qui a célébré son but avec rage…

Jérémy, on l’a vu : ce but vous a soulagé.

"C’est sûr que cela fait toujours du bien de pouvoir marquer. Face à l’Antwerp, je n’avais pas vraiment eu de possibilités en trente minutes de jeu, mais ce soir j’ai réussi à mettre le ballon au fond. J’ai été récompensé de mes efforts. Vous me connaissez, je suis quelqu’un de calme mais après chaque but, j’explose pas mal et je fais tout ressortir. Sur cette action, j’ai plus ou moins senti que la frappe d’Amara ne serait pas cadrée et j’ai un peu de réussite car le ballon vient sur moi. Mais peu importe la manière, le plus important est de marquer."

Ce que vous n’aviez pas fait durant la préparation. Cela vous a pesé ?

"Honnêtement, non. Les matches amicaux et la compétition sont deux choses complètement différentes. Et je ne suis pas forcément un joueur d’entraînement, je ne vais pas le cacher. Durant la préparation, j’ai parfois trop voulu jouer pour le collectif au lieu de me concentrer sur ce que je sais faire : marquer des buts. Je dois trouver le bon mix. Et avec ce premier but, qui m’a libéré, c’est parti : je suis en confiance."

Cela vous aide à digérer votre statut qui est, pour l’instant, celui d’un remplaçant ?

"Oui, c’est la réalité à l’heure actuelle. J’essaie de montrer au coach que je suis présent et que je peux être là, à tout moment, pour aider l’équipe. Pour le moment, je suis remplaçant et je laisse le coach faire ses choix, en toute franchise et dans la communication, ce que j’apprécie. Je n’ai aucun problème par rapport à cela, mais j’aimerais être titulaire à chaque match, ça, c’est clair…"

Votre duo avec Rezaei semble prometteur. Bien plus que la semaine dernière.

"La semaine passée, on n’était pas rentré dans le match au meilleur moment car il n’y avait pas réellement d’espaces… Ici, il y en avait plus car Eupen était à dix mais il ne fallait pas s’enflammer. J’ai toujours eu tendance à dire que je préférais jouer avec deux attaquants car il y a plus de monde dans la surface à la réception des centres. Mais il y a aussi Benavente qui est capable de faire de super matches. On a un groupe de qualité et les choix sont compliqués. Le coach n’a pas encore trouvé la bonne formule offensive… et on ne lui facilite pas la tâche."