Charleroi

Le Hutois a fait œuvre de clarté devant son groupe mardi matin

CHARLEROI On aura rarement connu, à Charleroi ou ailleurs, entraîneur aussi sursitaire que Thierry Siquet. Jamais confirmé ou soutenu par son président, l'ancien défenseur assure, quelque part depuis un an, son propre interim en forme de chemin de croix qu'il assume avec un courage et une dignité qui ne peuvent que susciter l'admiration.

Mardi soir, alors qu'il avait laissé son groupe aux mains de ses adjoints dans l'après-midi pour se rendre aux cours d'entraîneur (ce qui fut aussi le cas hier), la rumeur de son limogeage enflait sur le Net. Il n'en est (encore...) rien et l'affaire se dégonfla vite.

Mais comme pour le départ de Tim Smolders à Gand, désormais confirmé par toutes les parties, tout le monde sait que Siquet ne résistera plus très longtemps. Ce n'est d'ailleurs plus une info.

Conscient de la situation et certainement aussi soucieux de ne pas plomber ses chances de rester au club, Thierry prend bien soin de ne pas mettre d'huile sur le feu...

Mardi matin, dans l'intimité du vestiaire, il s'est confié. L'essentiel de l'entretien nous ayant été rapporté, voici ce qu'a dit en substance le futur ex-T1 à ses hommes : "Tout le monde sait maintenant que le club me cherche officiellement un successeur. Je ne serai donc plus votre entraîneur dans un jour, une semaine ou un mois..."

S'il n'a pas apprécié la manière avec laquelle Hugo Broos a fait sa promo ces derniers jours, Siquet ne s'est pas étendu sur la chose, préférant se concentrer sur la fin annoncée de son actuelle mission.

S'il restera donc jusqu'au bout fidèle à ses principes de conscience professionnelle, d'intégrité et de discrétion, Thierry, qui n'aura jamais, parfois même à l'excès, cherché à se vendre, doit sans doute quand même regretter depuis quelque temps maintenant que Charleroi n'ait, en son temps, pas accédé à la demande de Jacky Mathijssen de le laisser l'accompagner au Club Bruges...



© La Dernière Heure 2008