Eupen Jean-Luc Dompé connaît et aime la Coupe. Montrera-t-il la voie à suivre, ce soir, à ses nouveaux partenaires ?

Après avoir tenu tête au Standard jeudi, un Rouche a débarqué au Kehrweg dans la foulée : Jean-Luc Dompé. "D’autres clubs qu’Eupen s’étaient manifestés. Mais, outre le fait que cette équipe dispose de réelles qualités, techniques ou mentales, la direction eupenoise a vite montré un grand intérêt à mon égard."

De quoi sortir de la morosité d’un statut de faire-valoir (4 titularisations et 3 montées au jeu) au Standard ? "Je ne sais pas si quitter le Standard était la seule solution. Par contre, ce dont j’étais convaincu, c’est que je désirais plus de temps de jeu."

Ce manque de présence sur le terrain, le néo-Panda l’évoque sans détour. "Dire que je suis passé à côté de quelque chose à Sclessin ? Je n’en suis pas sûr. Simplement, des blessures à répétition ont freiné mes envies."

Et pas question, dans le chef du flanc offensif de dénigrer son ex-futur club, avec qui il a un contrat jusqu’en juin 2019. "J’ai reçu des chances de m’exprimer mais sur trop peu de temps. Je ne rentrais pas dans les plans de Jankovic ? Je ne peux pas dire cela car les joueurs ont juste profité de mes absences pour blessures afin de livrer de bonnes performances. Dès lors, je n’avais plus qu’à attendre que mon tour revienne…"

Le Français ne désespère d’ailleurs pas de voir la roue tourner à nouveau pour lui à Sclessin. "On m’a donné des garanties de temps de jeu à Eupen, un club qui évolue bien. C’est d’ailleurs mon objectif au cours des mois à venir : accumuler des minutes, montrer mon potentiel afin de prouver au Standard que je pourrai y rejouer l’année prochaine."

En attendant un come-back en bords de Meuse, le Français se doit d’être rentable et efficace dès… ce soir. "Mon état de forme s’améliore de jour en jour aux côtés de mes nouveaux partenaires."

On ne demande qu’à le constater contre Zulte...