Eupen

Néanmoins, le défenseur français se félicite d’avoir opté pour l’Alliance même si des petites blessures ont perturbé son parcours

Plus de trois mois après son arrivée au Kehrweg et le maintien assuré, Mathieu Peybernes tire un premier bilan positif de son expérience eupenoise. « Cela est passé vite, nous avons connu beaucoup de moments d’émotion… Cela a été compliqué car, quand je suis arrivé, l’équipe était mentalement assez touchée parce qu’il y a eu cette saison très difficile, depuis le début. Quand je suis arrivé, il restait cinq matches avec pour mission le maintien et nous avons réussi à le faire sur le fil. Même si je ne suis venu que lors du mercato hivernal, je pense que c’est mérité sur ce que nous avons montré. Aujourd’hui, nous ne déméritons pas d’être là et de participer au playoffs 2. »

Au niveau personnel, le défenseur toulousain se montre un peu plus réservé car même si lors de ses six apparitions sous la vareuse eupenoise, celui qui appartient toujours à Lorient a clairement laissé entrevoir un gros potentiel et a apporté un plus au secteur défensif, deux blessures (genou et adducteurs) ne lui auront pas permis de participer à toutes les rencontres. « Je tire effectivement un bilan mitigé en ce qui me concerne car après un souci au genou, j’ai dû soigner mes adducteurs. Des pépins physiques qui m’ont empêché d’être à 100% et j’espère récupérer au plus vite ma pleine condition et rejouer avant la fin des playoffs 2 car je suis venu ici pour avoir du temps de jeu, me relancer et je suis content de mon choix car j’ai retrouvé à Eupen un cadre de travail et de vie positif, un entraîneur que je connaissais et cet aspect-là est le plus important au niveau personnel. J’avais plusieurs propositions en janvier mais j’ai préféré choisir Eupen pour rester en Europe, ne pas être trop loin de chez moi et encore une fois, retravailler avec Claude Makelele a penché dans la balance. Et au final, je ne regrette pas mon choix. »