F.C. Bruges Dauphin d’Anderlecht, le Club devrait déjà retrouver l’Europe le 25 ou le 26 juillet.

À égale distance du leadership et de la troisième place, le Club Bruges peut, ce soir, en cas de victoire, recueillir son prix de consolation : une deuxième place qui ne lui fera pas oublier son immense déception des PO1 : ses deux matches contre Anderlecht. "Ne rêvons plus du titre, avouait, dimanche, Jelle Vossen. Tâchons d’afficher, à Ostende puis contre La Gantoise, la même mentalité et de développer le même football que lors de nos quatre matches précédents. Ce sera déjà assez ardu comme cela."

Deuxième , le Club Bruges ne serait pas logé à une enseigne aussi confortable qu’il y a un an.

Outre le sérieux manque à gagner potentiel, le Club n’aura, le cas échéant, guère le temps de préparer la nouvelle campagne. Il devra reprendre la compétition internationale le 25 ou le 26 juillet en étant engagé dans le troisième tour qualificatif pour la Ligue des Champions. Le bon coefficient de la Belgique l’érigera en tête de série. Il affronterait donc un adversaire théoriquement à sa portée. Ce ne sera plus le cas au quatrième et dernier tour. Le Club risque alors de vivre le même scenario qu’en 2015-2016 : une qualification contre le Panathinaikos avant un échec, très net, devant Manchester United qui l’avait reversé en Europa League.

Avant cette échéance, le Club devra impérativement avoir découvert un successeur potentiel à Izquierdo et - cela semble être la tendance - à Timmy Simons. Le Club n’a toujours pas donné à son capitaine un signe qu’il était prêt à lui offrir une ultime saison de contrat. Au contraire, même : il poursuit les négociations avec le Lokomotiv Zagreb pour enrôler Ivan Sunjic, son jeune médian défensif international.