F.C. Bruges Abdou Diaby a livré sa meilleure saison brugeoise et conquis, enfin, le public.

Meilleur buteur du Club… jusqu’à présent avec 14 réalisations - mais Vormer, qui en totalise 13, pourrait encore le devancer lors du dernier match contre La Gantoise-, Abdou Diaby n’était pas en mesure de s’aligner, hier soir à Sclessin : "C’eût été trop dangereux. Ma cheville ne l’aurait peut-être pas supporté. J’aurais risqué une indisponibilité plus longue, que je voulais absolument éviter."

Mais l’attaquant malien ne boudait pas sa félicité, bien au contraire : "Je suis hyper heureux. La saison a été très longue. On est passé par beaucoup d’émotions différentes. Mais, quand on analyse le championnat, tout le monde doit admettre qu’on mérite ce titre, même si le retour du Standard, dans les PO1 , a été impressionnant."

Le Malien a très vite isolé un moment clé dans la saison : "Notre victoire contre Anderlecht en phase classique. C’est à partir de ce moment que le Sporting bruxellois a commencé à douter. À l’inverse, cette victoire nous a rendus costauds : elle a vraiment lancé notre campagne."

Le Club a été épargné par les aléas inhérents à une campagne : "Si on avait perdu, pour longtemps, un ou deux joueurs clés, si on avait accusé une vraie baisse de régime, on aurait risqué d’éroder notre confiance. Ce ne fut pas le cas : on a su rester solides dans les moments délicats."

Abdou Diaby n’oublie pas de rendre hommage à son entraîneur : "Ivan Leko est un passionné qui travaille dur. Parce qu’il aime ses joueurs, il leur insuffle de la force. Ses décisions ont toujours été justifiées. Ce titre lui appartient largement."

À l’heure des éloges individuels, le Malien ne s’est évidemment pas oublié : "J’ai vécu une plus belle saison que celle du titre précédent. Une plus régulière, aussi. J’ai pris beaucoup de plaisir à évoluer dans cette équipe. J’ai été décisif six fois en sept matches. Je suis fier, enfin, d’avoir conquis le public."

En principe, Abdou Diaby ne disputera pas la Champions League avec le Club : "Je mérite de découvrir autre chose. Que puis-je encore gagner à Bruges ? J’ai été champion deux fois. Il faut prendre le train quand il passe."

Et s’il devait rester au Club ? "J’y rejouerais avec grand plaisir. Mais ce scénario ne se produira pas…"

Michel Dubois