F.C. Bruges Hans Vanaken a reçu le prix de Martinez mais ne se fait toujours pas d’illusions.

Hans Vanaken avait la voix rauque en s’adressant à la presse après sa victoire. "Je suis fatigué", souriait-il. "J’étais au lit à 5 h. On a bien fêté le titre. Ce trophée-ci, je ne vais pas le fêter comme le titre de Bruges. D’ailleurs, il n’y a pas photo entre les deux prix. Je préfère le titre de champion de Belgique."

Vanaken a reçu le prix des mains de Roberto Martinez. Ne serait-il pas un rien plus près d’une sélection grâce à cette victoire ? "Non, je ne crois pas. Je l’ai déjà dit : je crois que Martinez a ses 23 noms en tête. Je n’ai jamais été repris. J’ai déjà des projets pour le mois de juin, mais je les annulerais avec plaisir."

Pour le Soulier d’Or, Vanaken était quatrième. Il était devancé par Vormer, Tielemans et Dendoncker. "Le Footballeur Pro a peut-être plus de valeur, puisque ce sont les joueurs qui votent. Mais le Soulier d’Or est plus médiatisé. Pour ma part, Vormer aurait aussi pu gagner ce soir. Je ne le cache pas : j’ai voté pour lui."

Ne craignait-il pas les individualités du Standard, à la Carcela ou Edmilson ? "Ils ont été forts pendant les playoffs. Mais Ruud et moi avons été plus réguliers pendant toute la saison. C’est la meilleure saison de ma carrière. Pourtant, je n’oublie pas avoir passé les deux premiers matches sur le banc…"

Vanaken n’a pas encore gagné beaucoup de prix individuels. "J’ai reçu un trophée de la Fédération des supporters de Lommel. Mais pour le reste… Non."