F.C. Bruges

Michel Preud'homme pourra prendre place sur le banc dimanche à l'occasion de l'important match à Anderlecht. La commission des litiges de la fédération belge (URBSFA) l'a acquitté en appel mais lui a infligé une solide amende de 5.000 euros.

En première instance mardi, après un plaidoyer passionné de Preud'homme et les témoignages de l'arbitre Luc Wouters et du quatrième homme, la commission des litiges avait acquitté le coach brugeois. Toutefois, le procureur fédéral a interjeté appel et a de nouveau réclamé les deux matches de suspension soit le déplacement à Anderlecht (23/04) et le match à domicile contre Ostende (26/04).

Vendredi, Preud'homme a donné un entraînement au Club Bruges et n'a pas pu se défendre devant la commission des litiges. Il prit contact avec le célèbre avocat Walter Van Steenbrugge qui, en collaboration avec le conseil du Club Hannes D'Hoop, a assuré la défense de Preud'homme. Luc Wouters et son quatrième assistant Laurent Conotte ont été excusés. Cela a provoqué la colère de Van Steenbrugge, qui voulait entendre toutes les témoins et conformément à la loi, a demandé que la séance soit reportée. A la demande du procureur fédéral Chris Vandenbossche, cette requête a été rejetée par la commission des litiges. Après plus d'une heure, les discussions ont été clôturées. Les trois commissaires ont pris l'affaire en délibéré: ils ont jugé que l'appel du procureur fédéral était fondé et a décidé d'infliger une lourde sanction financière à Preud'homme.

L'entraîneur brugeois avait été épinglé par la commission de review pour son comportement "inacceptable" envers le 4e arbitre Jan Boterberg et l'arbitre principal Luc Wouters lors du match de la 2e journée des play-offs 1 contre Charleroi (1-1). Il n'avait cependant pas été renvoyé en tribune. Luc Wouters avait accordé un penalty à Charleroi, transformé par Chris Bedia à la 73e, pour un hands de Ricardo van Rhijn, qui avait été poussé dans le dos par Clément Tainmont.