F.C. Bruges

"C’était la folie dans le vestiaire. Sur le terrain, c’était dingue. On l’a mérité. Mais franchement, je n’y crois pas encore."

Ruud Vormer était étonnamment calme au moment de rentrer dans le bus des joueurs en direction de Bruges. "En fait, je n’y crois pas encore. Je suis calme, là, mais ça bouillonne. Ce titre me retire pas mal de poids des épaules. J’y pensais tous les jours."

Vous avez stressé à un moment ?

"Non, pas vraiment. Face à Charleroi, quand je dois prendre ce coup franc pour égaliser, je sais que je peux tout changer en la mettant dedans, mais je ne panique pas pour autant. La pression était là au quotidien; les gens nous parlaient sans cesse du titre. Tous les clubs jouaient à fond pour nous battre."

Les playoffs n’ont pas été une réussite pour vous…

"Nous n’avons pas eu des playoffs de haut niveau mais nous méritions le titre. C’était vraiment dur, cette division des points. Nous étions bien devant et il a fallu s witcher mentalement. Six points d’avance au lieu de douze, ça change tout !"

Sinon, peut-on désormais parler de la main de Vormer après la main de Dieu ?

"On me l’a dit mais Maradona le fait exprès, lui !"

Vous, non ?

"Il n’y a pas hands . Je ferme les yeux, je me lance dans un tacle et la balle vient contre mon bras. Je ne peux rien y faire. L’arbitre a raison de prendre cette décision. Le but est valable selon moi."

Vous allez vers le ballon avec votre bras…

"Je n’ai pas fait de geste. Je ne fais vraiment rien sur cette phase."

Comprenez-vous la réaction des joueurs du Standard, pour qui c’était clairement faute ?

"Oui, je saisis très bien la réaction du Standard. Mais je ne peux vraiment rien y faire. Je ne fais pas de faute."

Être le héros du dernier match, ça conclut une année folle ?

" Soulier d’or , des super stats … Que puis-je faire de mieux ?"

Vous restez donc l’an prochain ?

"Je suis bien ici."

Vous parliez à Bart Verhaeghe sur le terrain…

"On n’a pas signé la prolongation, hein (rires) . Nous allons nous mettre à table sous peu et voir ce qu’on peut faire. Je pense que je serai encore là la saison prochaine. Mais on verra ce qui se passe."