F.C. Bruges Bart Vergaeghe est un président heureux, mais qui taille tout de même le règlement de notre championnat.

Depuis le début de la saison, le Club Bruges a dominé le championnat et le président des Gazelles, Bart Verhaghe, s’est félicité de la gestion de son club : "Ce qui me rend le plus heureux, c’est qu’il y a une structure qui a été mise en place. J’ai toujours dit que je voulais construire un club stable, et c’est ce que nous avons montré en cinq ans, surtout sur les trois dernières années. Je veux insister sur une chose : jamais un individu ne sera au-dessus du club, qui est le plus important. Notre slogan, ‘No Sweat No Glory’ , résume bien la mentalité de l’équipe. Nous travaillons sans trop parler et c’est l’esprit de Bruges. On mérite ce titre, on a été en tête de la première à la dernière journée."

Avec le règlement de la Pro League, et cette fameuse division des points par deux, le suspense a pourtant été de la partie jusqu’au bout. Dire que ce n’est pas du goût du président du nouveau champion n’est pas mentir : "Nous n’avons pas douté, mais cette division des points n’est pas une réalité sportive. C’est du suspense fabriqué pour les médias et la télévision. J’ai toujours été contre ça. Essayez un peu d’expliquer cela à l’étranger et personne ne vous comprendra. Cela donne de la tension inutile durant les playoffs. Je le répète : je n’aime pas cela."

Malgré ce règlement qui est ce qu’il est, les joueurs de la Venise du Nord ont tout de même été sacrés. Le tout grâce à un savant mélange : "Notre structure sportive est professionnelle et motivée. Ivan Leko est un jeune coach, un fin tacticien, passionné par le football, qui a tout donné pour améliorer l’équipe. Mais cela ne concerne pas que les joueurs : tout le staff autour a aussi été concerné, tout comme nos supporters qui y ont cru depuis le début et qui ont toujours été présents, même dans les moments compliqués. Le club est devenu une machine qui ne doute pas, avec une équipe qui est toujours restée bien concentrée. Nous sommes devenus matures."

Enfin, il a souhaité revenir sur ses déclarations récentes à propos du VAR, dont il mettait l’utilité en doutes : "Je pense que ce que j’ai dit est juste. Je suis le président de l’un des plus grands clubs de Belgique mais j’ai parlé au nom de tous les clubs. Il y a beaucoup de moyens mis en œuvre pour ce système, il se doit d’être rentable. C’est une chance pour nous de pouvoir maintenant en profiter, mais il y a eu trop de fautes et cela ne peut pas arriver. Je pense que tout le monde doit faire son mea culpa. On doit analyser les fautes commises pour que cela n’arrive plus. J’espère de tout cœur que tout sera réglé pour la saison prochaine et qu’il n’y aura plus de problèmes."