Genk Le Racing paye 850.000 euros à Charleroi, ainsi que le salaire du latéral droit, pour qu’il évolue à la Luminus Arena cette saison.

Mata à Charleroi. Mata à Anderlecht. Et finalement, Mata à Genk… en prêt. La saga de l’été, qui s’est terminée la semaine dernière, a pris fin sur une surprise. Comment un joueur peut-il refuser Anderlecht pour finalement rejoindre Genk ? Pourquoi Charleroi ne l’a-t-il pas vendu cet été ? Pourquoi le prêter à un concurrent direct ? Explication en six épisodes…

1. Genk fait une première offre pour Mata en janvier 2017.

Lors du dernier mercato d’hiver, plusieurs clubs se sont renseignés auprès de Charleroi au sujet de Clinton Mata, auteur d’une première partie de saison exceptionnelle et qui a même reçu les louanges de Roberto Martinez, dans La DH ("le seul joueur qui m’a impressionné de manière consistante en Pro League, c’est Clinton Mata" , avait déclaré le sélectionneur des Diables Rouges). Parmi les clubs intéressés, le plus concret se nomme (déjà) Genk. Les Limbourgeois font une offre de 2,5 millions d’euros au Sporting pour son latéral droit. Mais le joueur, en accord avec Mehdi Bayat, la refuse. Les deux hommes se mettent d’accord sur un compromis : Mata reste encore six mois au Mambourg mais il aura son bon de sortie durant le mercato d’été.

2. Marinos revient dans le coup, Mata se retrouve sur le banc.

(...)

3. Charleroi et Anderlecht trouvent un accord.

Fin mai. Le mercato a à peine débuté que les deux Sportings trouvent un accord pour le transfert de Clinton Mata, pour un montant de 3,5 millions hors bonus.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.