Division 1A

Découvrez les réactions des protagonistes du Clasico, remporté 1-3 par le Standard.

Mpoku : "On sait que c'était un match capital, en plus d'un derby. On connait l'importance de ce match. En première mi-temps, on a mal joué, Anderlecht était au-dessus. En deuxième mi-temps, Sa Pinto a fait des ajustements et on a mieux joué. Carcela et Edmilson ont su faire la différence. On va continuer sur notre lancée, il nous reste deux matches et on va tout faire pour les gagner. Aujourd'hui encore, tout le monde se bat pour les autres, il y a énormément de détermination, c'est ça la force du groupe. Le coach nous a dit de rester calmes et son changement tactique a aidé tout le monde, cela a fait la différence. On commence tout doucement à penser au titre mais on reste concentrés sur nos matches avant tout. Maintenant, on dit qu'on va battre nos adversaires, avant c'était moins le cas. Pour le moment, Edmilson et Carcela sont dans une forme exceptionnelle, espérons qu'ils continuent à être au top de leur forme."


Edmilson : "Je suis très heureux d'avoir été décisif, surtout dans un match comme celui-là. Une nouvelle fois, on n'a pas été bons en première mi-temps et on a bien joué en deuxième. Carlinhos nous a fait beaucoup de bien et a su accélérer le jeu aux bons moments. Sur mon but, j'ai tout donné dans mon accélération. Je marque à chaque match et j'en suis très content. Le titre devient réaliste, mais Bruges est encore devant nous. Pour une fois, nous serons supporters de Charleroi ce soir. Les deux derniers matches seront deux finales pour nous."


Emond : "On a su régler le tir en deuxième mi-temps et faire mal sur contre. Sur mon goal, j'anticipe le centre d'Edmilson. Je suis déçu de pas trouver le goal une deuxième fois à cause de la barre mais la victoire est là. L'objectif, c'est la Pro League et il faut gagner à Sclessin face à Bruges. Nous verrons match après match."

Dendoncker
: "On a eu de bonnes occasions mais si tu ne marques pas en playoff, c'est impossible de s'en sortir. Ils ont plus gardé le ballon grâce à leur changement. On savait qu'ils marquaient beaucoup en début de deuxième période mais on ne parvient pas à les défendre sur contre. On va continuer à tout donner, mais c'est difficile."

Carcela : "Le coach a bien parlé et a trouvé les mots pour nous donner envie de revenir sur le terrain avec l'intention de faire du beau football. C'est sur les contre-attaques qu'on a réussi à marquer donc c'est bien, on a fait un bon match. On a joué trop bas en première mi-temps et en modifiant ça en deuxième, cela a fait la différence."


Sa Pinto : "Nous avions besoin de plus de possession en deuxième mi-temps, nous n'étions pas assez compact en première, on ne les laissait pas jouer avec un bon pressing. On savait que nous aurions des espaces et dès que nous avons eu l'occasion de marquer nous avons tué la rencontre. Je ne pense pas au titre, ce n'est pas notre but, nous restons calmes et heureux de gagner. Notre équipe comprend bien la situation et nous gérons l'excitation, c'est bon pour nous de voir que le jeu mis en place est bon. L'équipe est costaude et en pleine confiance, nous allons continuer à nous battre pour les trois points lors de chaque rencontre."

Vanhaezebrouck : "On a dominé 80 minutes de la rencontre, nous méritions de gagner. Nous avons oublié de conclure alors que nous avions des occasions. On n'a pas obtenu un penalty qui était net sur Morioka. Dans l'autre sens, Teo reçoit un jaune pour la même faute en deuxième mi-temps. Ce n'est pas une question d'attitude, Najar fait deux erreurs de jugement mais on ne peut pas lui reprocher, c'est dommage pour lui et cela nous coûte les points, le titre et peut-être la deuxième place. Il faut voir les matches qui viennent pour savoir où on en est et ce qu'on peut attendre. Najar et Markovic se sont blessés, c'est comme ça. C'est clair que le Standard a la chance du champion dernièrement."

En conférence de presse, Hein Vanhaezebrouck avait une vision tout à fait différente de l'entraîneur des Rouches. "Tout ce que dit Sa Pinto est juste? Vous êtes sûrs?", a-t-il lancé aux journalistes après la défaite. "Ils veulent quelqu'un d'autre. Dans deux semaines, il est parti."