Division 1A

Moussa Maazou, l’attaquant de Zulte Waregem, déborde de confiance en lui. La preuve...

ZULTE WAREGEM 8 novembre 2008. Moussa Maazou n’a pas oublié cette date. Ce jour-là, le Parc Astrid a découvert un drôle d’attaquant, auteur d’un doublé de la tête lors de la victoire de Lokeren (2-3).

“Bien sûr que je m’en souviens” , assure le Nigérien, des étoiles plein les yeux. “C’est LE match, un des matchs qui m’a propulsé vers le haut niveau. J’aurais même dû en marquer un troisième. C’est un souvenir que je n’oublierai jamais.” La Belgique, elle, l’a un peu oublié depuis.

Après avoir flambé durant 6 mois en inscrivant 14 buts en 19 journées sous la houlette de Georges Leekens, Maazou a pas mal voyagé. Mais, excepté 6 excellents mois à Monaco, l’attaquant s’est un peu égaré en chemin. Sans que cela ne l’empêche de conserver une foi inébranlable en lui. En ses qualités.

“Je n’ai rien à prouver à personne, je connais mes qualités, j’ai choisi Zulte-Waregem pour la tranquillité, pour travailler pour le club et pour mon pays. Je n’ai rien à envier à un joueur du Real ou du Barça ”, assure-t-il sans sourciller.

Confiant ? Insouciant ? Sans doute un peu des deux. L’attaquant n’a en tout cas peur de rien. Douter est un concept qui ne fait pas partie de son univers.

“Cette confiance en lui, c’est à la fois son problème et sa force” , décrypte Guy Lacombe qui a dirigé le phénomène à Monaco.

Il faut absolument qu’il croie en lui, c’est vrai, il a quelque chose. Il a vraiment des qualités au-dessus de la moyenne niveau vitesse et sens du but mais il n’a pas de pied gauche. Dans les appels, il a beaucoup de progrès à faire, mais il est encore très jeune.”

Ce qui l’amène parfois à commettre quelques petites fautes de jeunesse.

La dernière en date, après la qualification historique avec le Niger pour la Coupe d’Afrique, lui a valu un passage par la case réserve pendant une semaine.

“Depuis que je suis arrivé, je n’ai pas marqué, il y a eu des petits problèmes, je suis rentré tardivement après la qualification, mon image a été un peu salie” , reconnaît-il. “ Mais les gens qui me connaissent savent que je ne suis pas comme cela, c’est cela ma fierté.”

À ceux qui le pensent revanchard, il répond du tac au tac.

Beaucoup de gens m’attendent au tournant mais j’ai tout ce qu’un joueur du Real Madrid peut avoir. Je suis à Zulte, il faut reculer pour mieux sauter, je suis jeune, je n’ai que 23 ans. Ma revanche, je vais la prendre à la CAN avec le Niger, je vais essayer de faire une belle saison.” Et tenter d’ajouter de nouveaux exploits à ceux du 8 novembre 2008.



© La Dernière Heure 2011