Malines Dans une interview accordée au Laatste Nieuws, Yannick Ferrera aborde le match qui l'attend face à Anderlecht mais aussi ses ambitions pour la suite de sa carrière d'entraîneur.

L'entraîneur de Malines va retrouver le RSCA, un club qu'il connaît très bien, pour le premier match de Hein Vanhaezebrouck sur le banc. "Anderlecht c’est 14 années de ma vie. J’ai joué huit ans chez les jeunes et j'ai coaché les jeunes pendant 6 ans", commence-t-il avant d'enchaîner sur les attentes des supporters mauves. "Weiler a dit que la tradition ne gagnait pas de matches et je suis d'accord avec lui mais à Anderlecht il faut gagner, bien jouer et donner quelque chose au public. Mener 1-0 et ériger un mur derrière ce n’est pas envisageable. Il faut jouer en accord avec l’histoire du club. Hein est là maintenant et a des exigences spécifiques. Je me demande combien de temps il va falloir pour que les joueurs jouent comme il le désire."

L'ex-coach du Standard de Liège évoque également ses ambitions personnelles. "Suis-je prêt pour un club du top en Belgique? Oui, à 200%. Mais pour le moment je n'ai pas cette chance et je ne vais pas m'en plaindre. Je veux tout d’abord bien faire avec Malines. Leko est à Bruges, Vanhaezebrouck à Anderlecht et Vanderhaeghe à Gand. C’est logique que ces trois entraîneurs aient signé dans ces clubs mais je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas être moi aussi dans un grand club ?"