Division 1A Danijel Milicevic a quitté les Buffalos après l’intronisation de… Vanderhaeghe

À Gand, Danijel Milicevic a vu sa carrière décoller. Avec un titre de champion de Belgique (2015) et une participation remarquée en Champion’s League. Finalement, le changement de coach a scellé son départ vers Metz.

"Je serais toujours à Gand si Vanhaezebrouck était resté", confiait-il lors de son séjour messin. "Avec Yves Vanderhaeghe, mes rapports étaient cordiaux, je n’ai pas de souci avec lui. Le problème est que je ne jouais plus beaucoup après plusieurs saisons comme titulaire. Il me faisait part de sa confiance à mon égard, tout en préférant Kubo au poste de numéro 10 car il l’estimait plus performant. Je ne pouvais rien dire à cela."

Après quelques mois passés avec les Grenats, Mili, revenu à Eupen, va retrouver Gand ce dimanche soir. "Quand je suis arrivé chez les Buffalos, cette équipe n’appartenait pas aux grands cercles de Belgique. Durant mon séjour, elle a gagné le respect en Europe. Aujourd’hui, Gand est devenu une très grande équipe."

Avant la venue de Charleroi il y a quinze jours, le Bosnien évoquait déjà Gand. "Lors de mon arrivée, j’avais connu 3-4 premiers mois difficiles. Une fois adapté, j’ai subi une blessure. Puis il y a eu un changement d’entraîneur."

Une venue salvatrice pour le petit milieu offensif. "Hein Vanhaezebrouck a transmis s a confiance au groupe. Avec ses exigences tactiques et en termes de performances ainsi que l’obligation d’avoir des statistiques parlantes pour un offensif. Sans oublier d’être physiquement au top."

Bref l’arrivée de l’actuel T1 a lancé l’Eupenois. "Après Mazzu, c’est le 2e coach le plus influent dans ma carrière. Il ne m’a pas tout de suite confié les clés de l’équipe car, à l’époque, il y avait des gars importants comme Neto, Asare… Après, cela a té énormément de plaisir."

Quant au match à proprement parler, Danijel Milicevic sait qu’Eupen doit tout mettre en œuvre pour enfin décoller dans ce championnat ! "Il faut nous mettre dedans, même si c’est une fois encore une équipe du Top 6 qui se dresse sur notre route…

Makelele: "J’ai fait des demandes"

On insiste sur la perméabilité défensive, le mutisme offensif est aussi inquiétant

La situation défavorable des Pandas ne plonge pas (encore) Claude Makelele dans un profond désarroi.

"Quand je ne suis pas content des événements, je le signale. Ainsi, si les contenus de nos deux premières rencontres étaient intéressants, le non-match de Zulte, je le prends pour moi. Je dispose de beaucoup de joueurs avec trop peu de caractère. À moi de changer ma manière de communiquer."

Sur la peu glorieuse place de lanterne rouge, le coach français a été clair. "Ce début de campagne est une souffrance pour mes joueurs. Je veux néanmoins demeurer positif. Notre travail va payer. En tout cas, j’ai indiqué à mon groupe de ne pas regarder le classement pour le moment."

Histoire de ne pas susciter trop d’interrogations chez certains. Comme Keita, par qui sont venus les deux premiers buts à Zulte ? "Vous savez, je ne parle jamais en terme d’individualité. C’est le collectif qui doit travailler ensemble."

Si le technicien français dit encore compter sur Lotiès ("ceux qui font le boulot auront une chance") qui ne voudrait pas partir ("il a signalé son souhait de rester"), il sait que le souci des Pandas est aussi offensif.

"Je ne dispose que d’un attaquant axial (Pollet) et d’un semi (Raspentino). Il faudrait quelqu’un pour épauler David. J’ai fait des demandes, j’attends que ces joueurs-là arrivent."