Mouscron Mouscron doit bien débuter au KVO pour ne pas tomber dans le doute.

L’Excel Mouscron est, comme chaque année, pointé comme l’un des candidats à la culbute en D1B. Les joueurs ne le disent pas clairement, mais on sent qu’il y a eu une crainte en cours de préparation. Heureusement, celle-ci s’est terminée par une victoire 1-0 face à Saint-Trond, qui risque bien d’être une formation concurrente aux Hurlus.

"Cette victoire a rassuré tout le groupe", souligne Dimitri Mohamed, le capitaine de l’Excel Mouscron. "Dans le contenu, c’était intéressant, même si tout n’était pas parfait évidemment. Je retiendrai personnellement la mentalité et le bloc équipe. On va garder ces points positifs et tenter de gommer les négatifs."

Les supporters mouscronnois craignent un manque de qualité dans le groupe pour cette nouvelle saison. "Nous avons perdu des joueurs importants comme Omar Gova, Jonathan Bolingi ou encore Taiwo Awoniyi. Ce n’est pas négligeable. Mais c’est comme cela chaque saison à Mouscron. J’entends à gauche et à droite qu’il va encore y avoir des arrivées. Cela ne pourra nous faire que du bien. Mais s’il y a des nouveaux, il faut qu’ils apportent un plus dans l’équipe."

Malgré cette sensation d’avoir une équipe moins forte que l’an dernier, dixit les observateurs de notre championnat, Dimitri Mohamed n’est pas moins impatient de débuter la saison. "On sort de six semaines de préparation, ce que les joueurs n’aiment pas particulièrement. Il est temps de reprendre, d’enchaîner les rencontres, même si cela ne sera pas facile. On débute à Ostende. Nous devons nous souvenir de la saison dernière. Nous avions fait un bon coup en nous imposant là-bas. Cela nous avait lancés pour un bon début de championnat qui s’est avéré très important au final. Si nous pouvions rééditer cet exploit, ce serait bon pour la suite, surtout que nous n’avons pas un calendrier facile."

Les Hurlus pourront compter sur leur capitaine aux trois poumons et à la volonté de fer.

"Je veux devenir entraîneur"

Avec sa prolongation de trois ans, Dimitri Mohamed a assuré ses arrières. "J’aurai 32 ans quand mon contrat sera terminé. Mon rêve ? Oh, je n’en ai pas spécialement à partir du moment où j’ai commencé le foot pro sur le tard. À 20 ans, j’étais toujours dans le foot amateur. Aujourd’hui, je suis capitaine en D1A. C’est bien. Ensuite, je me vois bien devenir entraîneur."