Mouscron L’actionnariat de l’Excel devrait être ouvert. À des Colombiens ?

Vendredi, lors du conseil d’administration de l’Excel Mouscron, l’actionnaire principal était représenté par le fils de Pairoj Piempongsant et l’un de ses conseillers. Ils ont reconnu qu’il fallait réaliser quelques transferts dans cette équipe mouscronnoise qui manque cruellement de qualité.

Mais voilà, avec le budget actuellement alloué à Mouscron, il est difficile de faire des miracles, surtout quand certains transferts déjà réalisés ressemblent à des flops. "À court terme, l’actionnaire majoritaire va ouvrir ses 90 %", expliquait alors Patrick Declerck, le président de l’Excel Mouscron. "Et je suis assez dans le monde de l’entreprise pour savoir que moins les gens en savent, mieux c’est."

On est donc bien loin de la stabilité préconisée lors de la reprise du matricule 216 par l’homme d’affaires Pairoj Piempongsant qui avait affirmé s’investir pour une durée d’au minimum cinq ans.

Mais si c’est pour augmenter le budget du club de quelques millions et pouvoir faire venir des joueurs plus talentueux que ceux venus au Canonnier pour le moment, les supporters hurlus sont certainement prêts à fermer les yeux.

Mais qui donc pourrait bien s’intéresser à Mouscron ? Une piste colombienne semble tenir la corde. D’ailleurs, une Colombienne est très régulièrement au stade, affirme-t-on à l’intérieur même du club. Les arrivées de Jesus David Marimom (mais toujours à l’infirmerie) et d’Andres Sarmiento (en test depuis près d’un mois et demi) seraient-elles les premiers signes de ce rapprochement.

Est-ce pour autant rassurant ? Marimom est considéré comme un grand talent mais n’a fait que fréquenter l’infirmerie. Et Sarmiento n’a pas reçu le feu vert de Defays. Mais il est toujours là… Rassurant ?