Mouscron La spirale négative de l’Excel offre aux supporters l’occasion de critiquer Defays.

Les mauvais résultats se suivent au Royal Excel Mouscron. Ces contre-performances donnent de l’eau au moulin de ceux qui pensent que Frank Defays n’est pas l’homme de la situation. Ces mêmes personnes oublient certainement de prendre en compte quelques éléments, comme le fait qu’il doive travailler avec un groupe démotivé ou encore que la plupart de ses meilleurs joueurs sont à l’infirmerie.

Les joueurs, eux, soutiennent leur coach, comme l’explique Bruno Godeau, l’un des plus anciens du noyau. "Franchement, il fait du très bon boulot. C’est un bosseur qui emmagasine un maximum d’infos. Ses analyses tactiques des adversaires sont poussées et il est bon dans sa philosophie de jeu ou encore sa communication. Ses entraînements sont intensifs sur le plan tactique. Bref, il fait tout pour que les joueurs soient dans les meilleures conditions. Critiquer l’entraîneur, c’est n’importe quoi."

Bruno Godeau ne se cache pas. Les responsables, ce sont les joueurs. "Actuellement, l’environnement est négatif autour de l’équipe. Il faudrait peut-être que les anciens tapent du poing sur la table. Bailly et Werner l’ont déjà fait." Mais visiblement, cela ne semble pas porter ses fruits.

L’autre souci, c’est cette récurrence des erreurs défensives. "On donne les buts. Samedi, à Waasland, je fais une erreur sur le premier but de Thelin. Donc je sais de quoi je parle."

Ce qu’il y a c’est qu’une erreur n’est jamais réparée par un coéquipier. Actuellement, il manque clairement de solidarité entre les joueurs. Peut-être cela changera-t-il ce mardi face au Lierse. Si le match se joue…

Le noyau : Werner, Butez, Libertiaux, de Medina, Mezague, Aidara, Mbombo, Mohamed, Gkalitsios, Spahiu, Petit, Amallah, Gulan, Vojvoda, Huyghebaert, Debaisieux, Vandurmen, Godeau, Rotariu, Jelavic.