Mouscron Plusieurs joueurs ont effectué le trajet entre Sclessin et le Canonnier.

Depuis le retour de l’Excel en D1, et surtout depuis que Lille a quitté le navire, les mouvements entre le Standard de Liège et Mouscron ont été nombreux. Les Liégeois ont trouvé dans les Mouscronnois un allié pour tenter de faire progresser leurs joueurs. Mais cela n’a pas toujours été une réussite comme c’est le cas cette saison avec Jonathan Bolingi.

François Marquet

François Marquet a été le premier Liégeois à avoir fait le trajet entre Sclessin et le Canonnier. Le milieu de terrain a été un pion important dans l’échiquier de Cedomir Janevski. Sous Glen De Boeck, cela a été plus difficile. Mais le Verviétois a été blessé (déchirure) au plus mauvais moment. À la fin de la saison, des contacts avaient été noués entre le joueur et les Hurlus. Mais finalement, François Marquet est parti à Waasland-Beveren.

Dino Arslanagic

Dino est le seul à avoir fait le trajet Liège-Mouscron de manière définitive. Le défenseur avait soif de revanche et faim de football. Cela s’est vu directement puisque dès son premier match, il offrait les trois points à Mouscron d’une tête rageuse en fin de match face à Lokeren. Le Mouscronnois a été l’un des artisans du maintien de Mouscron en D1A la saison dernière. Et ces six mois ont permis à Dino d’aller chercher un meilleur contrat du côté de l’Antwerp où il réalise pour l’instant une saison pleine.

Farouk Miya

En janvier 2017, c’est l’Ougandais Farouk Miya qui débarquait au Canonnier. Fort d’une très bonne Can, le milieu de terrain offensif espérait lancer sa carrière en Belgique après n’avoir eu que de faibles minutes de jeu du côté de Sclessin. Mais Farouk Miya n’a pas spécialement trouvé grâce aux yeux de Mircea Rednic. Son profil ne rentrait pas dans le système de jeu prôné par le Roumain. Farouk Miya est reparti au Standard comme il est venu : sur la pointe des pieds… Et depuis l’Ougandais a disparu de la circulation.

Jonathan Bolingi

Le dernier arrivé à Mouscron en provenance du Standard est pour l’instant le prêt le plus marquant. Avec ses six buts, le Congolais est l’un des grands artisans du bon début de saison de l’Excel Mouscron. Et, cerise sur le gâteau pour le matricule 216, les dirigeants ont eu la bonne idée d’inclure une option d’achat peu élevée. Les Hurlus pourraient réaliser une belle plus-value si l’attaquant retrouve son état de grâce.