Mouscron

L'Excel Mouscron n'a pas reçu sa licence pour la saison prochaine. Le club hennuyer a indiqué mercredi qu'il allait contester cette décision devant la Cour belge d'arbitrage pour le sport (CBAS).

"Ce mercredi, le Royal Excel Mouscron a reçu une décision négative de la part de la Commission de Licences. La direction a pris connaissance de cette décision et n'est pas d'accord avec le raisonnement de ladite commission", ecrit l'Excel sur son site internet.

"L'Excel a donc décidé d'aller en appel auprès de la Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport. Le Club, qui est en conformité totale avec le règlement en vigueur, considère que la Commission de Licences applique de manière surprenante le nouveau règlement, en utilisant des informations obsolètes. Pour cette raison, le Royal Excel Mouscron est très confiant pour que la Licence pour la saison 2017/2018 soit attribuée en appel et espère qu'une décision sera prise dans les plus brefs délais".

A Mouscron, on ne se dit pas surpris outre mesure par la décision de la Commission de Licences. "Nous étions préparé à un scenario de ce type puisque c'est la troisième année consécutive que l'on essaie d'écarter le REM de la D1, alors qu'il a justifié sa participation sur le plan administratif et sportif, présentant un bilan sain et sans aucun endettement à l'égard de tiers".

Mouscron a assuré son maintien en D1A de justesse, lors de la 30e et dernière journée de la phase classique du championnat. C'est Westerlo qui a été relégué en D1B. Westerlo se maintiendra si Mouscron n'obtient pas la licence.

L'Antwerp aussi recalé...

La Commission des Licences de l'Union Royale Belge de football n'a pas seulement recalé l'Excel Mouscron pour la saison 2016-2017, mais également l'Antwerp, le champion de D1B (Proximus League), a confirmé mercredi l'URBSFA dans un communiqué. Le retour éventuel du Great Old parmi l'élite après treize longues années de purgatoire est désormais entre les mains de la Cour belge d'Arbitrage du Sport (CBAS), comme celui de Mouscron dont ce sera la troisième comparution consécutive pour sauver la licence de son matricule.

Il manquait en effet quelques documents essentiels dans le dossier de l'Antwerp, en particulier ceux relatifs à l'origine des fonds qui ont permis de remettre le club à niveau sur le plan financier. On ne peut dès lors considérer que le prêt qui a été consenti (par Paul Gheysens, le patron de Ghelamco, à Goala, la société de l'homme fort du club Patrick Decuyper, ndlr) garantit totalement la continuité", est-il précisé dans le rapport de la commission. Il est également fait mention de dettes dont le plan de remboursement manque de clarté. L'origine des fonds du club n'apparaît pas avec suffisamment de précision et de preuves dans les documents remis.

L'Antwerp qui avait déjà reçu un avis négatif de la commission la semaine passée ne s'attendait pas à être recalé une deuxième fois. La dette de six millions envers son ancien président Eddy Wauters n'alourdit actuellement pas le dossier. Le club a été condamné à rembourser la somme par un tribunal de Bruxelles.

L'Antwerp est ainsi, pour le moment en tout cas, relégué en D1 amateur, tandis que Roulers, finaliste de la Proximus League (1B), qui a obtenu la licence, devient au moins provisoirement le promu en D1A.

Westerlo se maintiendra si Mouscron n'obtient pas la licence.


Ça passe pour Courtrai et Lokeren

Courtrai et le Sporting Lokeren ont eux bien reçu mercredi leur licence.

Courtrai avait dû représenter son dossier, car la Commission des Licences n'avait pas encore terminé le rapport concernant la fonction de Karim Belhocine. Belhocine, qui n'a pas le diplôme Pro Licence, avait occupé le rôle d'entraîneur principal alors que sa fonction officielle est 'Directeur des Affaires du football'. "Belhocine a bien officié comme entraîneur principal du KV Courtrai, ce qui ne correspondait pas à la présentation faite par le club", avait conclu la Commission des Licences sur base de ce rapport. Courtrai doit payer une amende de 5.000 euros pour cette infraction. "Depuis le 10 mars, Belhocine est admis au cours d'entraîneur UEFA-Pro. En conséquence, le club satisfait aux conditions. La révocation de la licence, compte tenu du fait que le club répond à cette condition, ne serait pas une sanction proportionnelle", a conclu la Commission des Licences.

Lokeren est en train de passer du statut d'ASBL à celui de SA et attendait pour cela l'approbation écrite de l'UEFA. Cet accord a été ajouté au dossier, et la licence professionnelle a pu être attribuée.

Si les 'Kerels' se qualifient pour la Coupe d'Europe via les playoffs II, ils joueront leur rencontre à domicile au stade Roi Baudouin. Lokeren pourra jouer dans son stade, le Daknam.


Le Cercle de Bruges, l'Union et OHL obtiennent aussi leur licence

La Commission des Licences a accordé également mercredi la licence professionnelle au Cercle de Bruges, à l'Union Saint-Gilloise et Oud-Heverlee Louvain. Excepté l'Antwerp, tous les clubs de D1B ont satisfait aux exigences de la Commission.

OH Louvain a également, tout comme le Lierse, décroché sa licence pour le football européen. La semaine dernière, le Lierse, Roulers, Lommel United et Tubize avaient déjà reçu leur licence en vue de la prochaine saison.

Le White Star et Sprimont n'ont pour leur part pas obtenu la licence pour la D1 amateur, précise également le communiqué de l'Union Belge. Pour le club bruxellois, la Commission énumère un grand nombre de lacunes, dont le manque d'entraîneur diplômé, l'absence d'une assurance contre les accidents du travail, le non-paiement des salaires, des sommes dues à l'O.N.S.S., du précompte professionnel ou encore des dettes fédérales et des créances entre clubs. Suspendu par l'URBSFA, le club étoilé a perdu ses deux dernières rencontres sur un score de forfait. La chance de voir le WS Bruxelles radié est réelle.

Sprimont Comblain n'a pas non plus reçu sa licence pour la D1 amateur. Le club de la province de Liège ne dispose actuellement pas des installations nécessaires. Le Stade du Tultay doit en effet contenir 1.500 places, dont 300 assises. De plus, les sorties d'évacuation ne sont pas aux normes.

Les deux clubs, qui ont écopé d'un handicap de trois points pour le championnat 2017-18, peuvent encore faire appel de la décision de l'URBSFA devant la Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS).