Mouscron Mircea Rednic annonce du changement ce soir.

"Comme joueur, j’avais déjà pris de telle défaite mais j’avais comme entraîneur", soufflait Mircea Rednic, le coach de l’Excel qui n’a toujours pas dirigé l’humiliation subie dimanche soir par les Mouscronnois à Genk (6-0).

Perdre à Genk, cela n’a rien de honteux. Sur un tel score et d’une telle manière, oui. "Je suis déçu. Je ne comprends pas mes joueurs. Tu as la chance de pouvoir jouer un tel match, de te montrer pour avoir une offre car il ne faut pas oublier que pour le moment Mouscron n’a pas sa licence. Mes joueurs auraient dû manger la pelouse au lieu d’être ridicules."

Mircea Rednic estime aussi que le système des playoffs peut expliquer cette déroute. "Quand tu disputes les PO2, il n’y a pas d’enjeu. Tu t’es battu toute la saison pour te maintenir et donc tu relâches la pression. Si ce n’est pour Genk justement qui espère toujours une qualification européenne et qui met beaucoup d’argent sur la table pour offrir des primes aux joueurs. Les PO2 manquent dès lors de suspens. En fait, ce système est fait pour les grands, pour les PO1. "

Mais tout cela ne doit pas excuser le comportement des Hurlus ce dimanche soir sur la pelouse de la Luminus Arena. "Nous avons des joueurs qui pensent à leurs vacances. D’autres au fait qu’ils sont sans contrat la saison prochaine. Je peux comprendre qu’ils aient la tête ailleurs mais je ne peux pas prendre cela comme une excuse. J’attends de mes joueurs une réaction."

Il n’en aura pas de Markovic ou encore de Gulan puisque les deux Serbes ne sont pas repris. "Ils sont fatigués", avançait Mireca Rednic.

Ils sont surtout pas dans le coup pour le moment.

Ils représentent parfaitement ce que sont des joueurs placés par les investisseurs. Ils sont quasiment assurés de leur avenir et ils savent que quoiqu’il arrive, ils trouveront un club la saison prochaine. Ce qui est plus important, c’est que d’autres joueurs, qui n’ont pas encore de contrat pour la saison prochaine, sont également attirés par le bas.

Mouscron devra faire un 6/6 lors des deux prochains matchs, face à Lokeren et à Roulers, pour redorer son blason.

Arslanagic : "Se regarder dans le miroir"

Les mines étaient toujours graves ce mardi au Canonnier. La lourde défaite subie à Genk était toujours dans les mémoires des joueurs.

"Tout le monde est évidemment déçu, honteux même d’une défaite pareille", soupire le défenseur Dino Arslanagic. "J’avais déjà connu le 7-1 du Standard contre Bruges. Une telle défaite, je ne peux pas l’accepter."

Après une telle mésaventure, l’heure est à la remise en question. "Tout le monde doit se regarder dans le miroir. Il y a eu des choses qui se sont dites dans le vestiaire mais cela restera dans le vestiaire."

Ce mercredi, Mouscron reçoit Lokeren, une équipe qui avait bien réussi à Dino Arslanagic qui avait joué contre les Waeslandiens son premier but et offert la victoire aux siens dans les derniers instants de la rencontre. "Mais que ce soit Lokeren ou une autre équipe, ce n’est pas important. Ce que nous devons surtout faire, c’est de remonter la pente après notre match à Genk."