Mouscron

Le club l’a annoncé ce matin : il engage une action en justice contre l’octroi de la licence à Mouscron.

Dans un communiqué sur son site internet, le KV Malines a annoncé qu’il allait en appel de la licence reçue par Mouscron. Et attendant une décision de la justice, le KV demande à être considéré comme un 17e club de D1A.

Malines déclare que le cas de Mouscron est problématique.

« Le KVM veut la transparence nécessaire et la certitude que les attributions de licences ont été faites correctement dans le passé et le présent. Parce que cette fois KVM est la partie la plus défavorisée », peut-on lire. Malines annonce d’abord un appel devant la CBAS. Ensuite, Malines se sent obligé une procédure contre l’Union Belge et demande à être considéré comme le dix-septième club en 1A. « Ces procédures prendront sans doute plusieurs semaines. En attendant, le KV Mechelen continuera à se concentrer sur la saison à venir avec la construction du nouveau stade, la concrétisation du noyau des joueurs et le début de la campagne d'abonnement. »

Bref, c’est reparti pour un tour à Mouscron…


"La plainte de Malines hypothèque la nouvelle saison", regrette le président de Mouscron

Le président de Mouscron, Patrick Declerck, est en colère, car pour la quatrième année de suite son club doit défendre son dossier de licence devant la Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS). Après le Cercle Bruges et le Lierse puis Westerlo la saison passée, c'est au tour du FC Malines de contester la licence accordée aux Hennuyers. "Cela devient une tradition, mais nous attendons l'audience avec confiance", a commenté Declerck à Belga.

"Je suis très en colère. C'est déjà la quatrième fois de suite qu'on attaque Mouscron via le CBAS. Cela devient une tradition qu'un club relegué conteste la licence de Mouscron", a réagi le président.

"La Commission des licences a travaillé très sérieusement. Cette commission reçoit à nouveau une gifle. Je ne sais pas pourquoi Mouscron est toujours visé. Chaque année, les autres clubs prennent des informations, mais les trois dernières fois ils n'ont rien obtenu."

"Cette plainte hypothèque notre nouvelle saison", regrette Declerck. "Les transferts sont bloqués et les sponsors commencent à douter. Je ne comprends pas pourquoi un autre club va en appel d'une décision prise par une Commission des licences neutre. Cela me met en colère", peste le président. "Je peux comprendre qu'une équipe comme Malines, qui a beaucoup investi et construit un nouveau stade, soit déçue. Mais selon moi le football se joue sur le terrain."

Mouscron ne compte pas se laisser faire et intentera à son tour une action en justice contre les Malinois. "Lors de la dernière assemblée générale de la Pro League, j'ai indiqué que nous prendrions des mesures contre les clubs qui nous attaqueraient. A présent, je vais passer de la parole aux actes."

Malines a annoncé mardi aller en appel auprès de la Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS) contre la décision de la Commission des licences de l'Union belge de football (URBSFA) d'accorder une licence à Mouscron. Les 'Hurlus' avaient déjà dû s'expliquer ces trois dernières saisons au sujet des liens prétendus avec des agents de joueurs, mais la CBAS a à chaque fois jugé que les règles de l'URBSFA n'avaient pas été violées.

Malines réclame à présent une enquête approfondie et a entamé également une procédure en référé. "Jusqu'à ce que nous soyons sûrs que les conditions d'octroi des licences ont été respectés, nous voulons être le dix-septième club de D1A", a précisé le club.


L'Union belge et la Pro League s'abstiennent de tout commentaire

L'Union belge de football (URBSFA) et la Pro League n'ont pas souhaité faire de commentaire quant à la procédure du FC Malines.

"Il est encore trop tôt que pour faire d'éventuels commentaires", a déclaré mardi Pierre Cornez, porte-parole de l'URBSFA. "Nous n'avons pas encore été informés officiellement de la procédure en référé des Malinois. Nous avons uniquement fait savoir au club qu'un appel auprès de la CBAS était possible. Nous attendons maintenant la réponse."

La Pro League n'a pas non plus tenu à réagir. "Nous ne savons pas précisément quelles sont les intentions du FC Malines", a dit l'avocat de la Pro League Leander Monbaliu.